U pour Sylvie Ghys, religieuse Ursuline

Voilà Sylvie Ghys (1851-1928), mon arrière-arrière-grande-tante. Les archives de ma famille ont conservé des documents la concernant, notamment des photographies, et des lettres.

Sylvie GHYS religeuse ursuline a Gravelines 59.20191002_185749
Sylvie Ghys, religieuse Ursuline, Gravelines (59). Archives familiales

Elle naît à Hondeghem en 1851. C’est la seule fille d’une fratrie de 10 enfants dont 8 ont atteint l’âge adulte. Elle est déclarée sous les prénoms de Marie, Servie, Sophie.

Elle fait profession au monastère de Gravelines en 1876, à 25 ans donc, sous le nom de Marie de l’Immaculée Conception. Gravelines se situe entre Calais et Dunkerque, à une petite cinquantaine de kilomètres d’Hondeghem. Les Ursulines sont un ordre religieux qui se consacre notamment à l’éducation des filles.

30 ans passent. Le contexte général : 2ème expulsion des congrégations Article Wikipedia

La presse d’époque permet de reconstituer ce qui s’est passé à Gravelines précisément.

1906, le 12 septembre, le journal l’Univers rapporte que « le sursis que les pétitions nombreuses avaient demandé » pour les religieuse a été refusé, et qu’on s’attend à leur départ.

En septembre 1907, le matin du 26, les Ursulines de Gravelines sont expulsées. La presse relate les faits : gendarmes, militaires sont mobilisés pour l’opération. Après sommation, ils font forcer les portes et barricades à coup de hache et de pince. Les 45 religieuses sont retranchées dans leurs cellules.

Je sais ensuite par des pièces de familles que la communauté s’installe dans le couvent des Ursulines de Greenwich, en Angleterre. A 56 ans, Sylvie Ghys change de pays.

Elle reste en Angleterre jusqu’à sa mort. Le reste de la communauté serait rentrée en France en 1921-23 (je ne suis pas sûre du 1921, problème de déchiffrage) mais celle qui est désormais nommé Mère de l’Immaculée Conception reste à Greenwich.

Elle y décède le 23 décembre 1928, dans sa 78ème année et 53ème année de vie religieuse.

Sources

Cet article s’appuie sur des sources d’Etat civil, de presse d’époque et familiales

1851 naissance de Marie, Servie, Sophie Ghys à Hondeghem (59 )

1851.N.MarieServieSophie-chezDesireEtJulie
AD Nord, Hondeghem, naissance de « Sylvie » GHYS 1851

L’an 1851 le 17 septembre à 6 heures du soir par devant nous Louis Walekessain(?) maire et officier de l’état civil de la commune de Hondeghem, canton d’Hazebrouck (Nord), arrondissement d’Hazebrouck, département du Nord

a comparu Louis Désiré GHYS âgé de 35 ans, cabaretier brasseur domicilié en cette commune

lequel nous a présenté un enfant du sexe féminin né hier à 10 heures du soir, de lui déclarant, en sa demeure sise en cette commune, et de Julie DEBERT, âgée de 30 ans, cabaretière, son épouse

auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de Marie Servie Sophie

les dites déclaration et présentation faites en présence de Ive Léo DEBERT âgé de 64 ans, rentier, domicilié à Borre, grand-père maternel de l’enfant, et de Benoit DALONGEVILLE, âgé de 33 ans, boulanger domicilié en cette commune

Lesquels, ainsi que le père de l’enfant, ont signé avec nous le présent acte de naissance le tout après que la lecture leur en a été faite

1906-1907 traitement par la presse d’époque de l’expulsion des Ursulines de Gravelines

Il m’a semblé intéressant de regarder quel fut le traitement de l’événement de la presse d’époque. A ma demande, mon ami J.Munoz (merci!) a initié une analyse qui met en évidence trois types de traitements par la presse nationale :

A. Relation factuelle (La Justice, Le Signal, La République Française, Le Petit Parisien, L’indépendant Rémois, le XIXè Siècle, La Croix…)

B. Position assumée relatant les faits sous l’angle de la persécution religieuse (L’Echo de Paris, La Gazette de France, Le Soleil, Le Siècle…)

C. Anticléricalisme polémique : La lanterne

Exemple d’une relation considérée comme factuelle : l’article du Le Petit Parisien, 27 septembre 1907

Expulsion des Ursulines de Gravelines
(de notre correspondant particulier)
Dunkerque, 26 septembre

L’expulsion des Ursulines de Gravelines a été très mouvementée.

Une compagnie du 110e et plusieurs brigades de gendarmerie à pied et à cheval du Nord et du Pas-de-Calais ont barré les rues avoisinantes dès la première heure.

M. Brisac, sous-préfet, revenu de congé pour diriger lui-même les opérations, le commissaire de police de Gravelines et le capitaine de gendarmerie Vernet accompagnaient le liquidateur.

A six heures, les sommations légales sont faites et, comme personne ne répond à l’intérieur, la porte principale est attaquée à coup de haches et de pinces par trois ouvriers dunkerquois venus en voiture pendant la nuit sous la protection de la gendarmerie.

La foule, maintenue difficilement sur la place de l’Eglise et sur les remparts voisins, manifeste bruyamment. La porte a été solidement barricadée à l’intérieur et c’est avec bien du mal que les ouvriers parviennent à la défoncer. Il faut ensuite démolir une sérieuse barricade qui vient s’appuyer sur une grille intérieure. Ces travaux de défense ont été faits pendant la nuit.

Après la grande porte, ce sont les portes intérieures qu’il faut démolir, puis celles des cellules, où sont enfermées, par groupe de cinq ou six, des religieuses et des dames de la ville venues pour les assister. M. Brisac les exhorte à sortir.

Après avoir visité l’immeuble avec le liquidateur, le sous-préfet se rend à l’infirmerie, où se trouvent une dizaine de religieuses, dont l’une est, dit le docteur Belbecque, atteinte d’une maladie de cœur qui la rend intransportable. La supérieure voudrait l’emmener sur un brancard, mais le sous-préfet s’y oppose et offre, après avec pris l’avis de M. Bone, de la laisser avec deux autres religieuses dans une des pièces du rez-de-chaussée.

Les autorités se rendent ensuite à la chapelle, où officie le chapelain. La porte, également barricadée, est enfoncée. Le prêtre sort alors avec ses amis et quitte le couvent, avec les religieuses et leurs compagnes.

Dans la rue, les manifestants tentent de forcer les barrages et une bousculade se produit.

Après une messe célébrée à l’église les religieuses, au nombre de 45 , se rendent dans diverses maisons, où on leur a offert l’hospitalité .

1928 Faire part de décès de Sylvie Ghys

1928.Greenwich.faire part deces Sylvie Ghys Ursuline

The Ursulines of Greenwich recomment to your Charity the sould of their Bolved Sister Sylvie Ghys

in Religion Mère de l’Immaculée Conception who departed this life on 23 Décembre 1928 in the 78è Year of her age, and the 53è of her Religious Profession. R.I.P

1954 Courrier adressé par le couvent de Greenwich probablement à un de mes grands-oncles

Ursuline Convent
Crooms Hill
Greenwich S.E.10

7.3.54

Monsieur

Votre lettre du 23 février nous est parvenue et la Mère Prieure m’a prié d’y répondre.

Melle Ghys a fait profession au monastère de Gravelines le 18 février 1876 sous le nom de Marie de l’Immaculée Concepton.

Elle a quitté lors de l’expulsion en Septembre 1907 et avec le reste de la Communauté est venue s’installer dans la maison de Greenwich.

Pendant plusieurs années elle a rempli l’office d’économe. Quand la Communauté française est rentrée en France en 1921-23 Mère de l’Immaculée Conception ne les a pas suivies.

Elle est morte le 23 Déc 1928

J’espère que cest quelques détails vous seront utiles

Veuillez croire, Monsieur à nos sentiments religieux en NS

Pr la Prieure

M Clare(?)

Un avis sur “U pour Sylvie Ghys, religieuse Ursuline

  1. J’ignorais cet épisode de la vie de mon arrière grand-tante, Sylvie Ghys. Je suis sidérée de la violence des expulsions de 1906, dont je ne comprends pas les raisons, mais aussi réconfortée par l’attitude de la population locale et aussi du sursaut d’humanité des expulseurs qui ont laissé la sœur malade et deux compagnes à l’infirmerie.
    D’autre part, d’où vient le prénom « Sylvie » puisque ce n’est pas celui de l’Etat civil, ni le nom de religieuse. Serais-ce un prénom de baptême qui peut différer de celui de l’Etat civil ?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :