N comme les Notaires de la vie de René Marteau et Renée Aminot

Dans cet article en trois parties, itinéraire de vie de René, second enfant et premier fils de Mathurin Marteau et Marie Jeanne Tessier, les donateurs de l’acte de 1859. Itinéraire particulier d’un fils de cultivateur du village de Louin qui, avec sa femme, quitte sa terre et le son village, exerce des métiers de domestique dans les petites villes limitrophes avant de s’éloigner encore plus, à Loudun, 30 km, où leur fille se marie avec un clerc de notaire.

Cet article fait suite à l’article I (Itinéraire) et à l’article L (Loudun). Nous avons laissé Eugénie Marteau, couturière, et Auguste Gilloire, clerc de notaire, à Loudun. Deux enfants, Denise (1876) et René (1879). J’examine maintenant leur parcours en relation avec les notaires, car c’est un thème de leur vie à René Marteau et Renée Aminot, jusqu’à l’accès au notariat de leur petit-fils René aux environs de 1908. Une fois encore, ceci est un état des recherches au moment où j’écris, avec les sources auxquelles j’ai eu accès

Tous les notaires et clerc de notaire

Les notaires auxquels ils ont eu affaire

Les notaires et, également, les clercs de notaire qui ont compté dans la vie de René Marteau et Renée Aminot.

Me Auguste ROY, notaire à Airvault. Il a été en activité en tant que notaire au moins de 1839 à 1847, et est décédé à Airvault en 1855, célibataire. Sauf confusion sur la personne. D’après la mémoire familiale, René Marteau et Renée Aminot ont été à son service, il est le parrain de leur fille Eugénie née en 1852, qu’il a dotée.

Auguste Théophile GILLOIRE, fils d’un sabotier de Loudun, aîné de trois garçons, clerc de notaire à 21 ans, principal clerc de notaire vers la cinquantaine. Il devient le gendre de René Marteau et Renée Aminot (mariage avec Eugénie Marteau en 1875)

Me Augustin Amédé DUPERRON, notaire à Loudun. Il est premier témoin au mariage de Auguste Gilloire et Eugénie Marteau en 1875. C’est aussi lui qui enregistre leur contrat de mariage. On peut supposer que Auguste Gilloire était clerc chez ce notaire et qu’il y aurait rencontré Eugénie. C’est ce que dit la mémoire familiale (qui n’a cependant pas retenu le nom de ce notaire, on alors je ne suis pas au courant !). Plausible, mais n’apparaît pas tel quel dans les sources. En outre, Me Duperron est témoin à la déclaration de naissance de Denise Gilloire, le premier enfant du couple, en 1876.

Le second témoin à la naissance de Denise Gilloire est Ludovic Edmond BOURGUIGNON, clerc de notaire, 21 ans, Loudun. Pas d’informations complémentaires sur cette personne.

A la naissance de René Gilloire en 1879, point de notaire dans les témoins, ce qui ne l’a pas empêché de devenir clerc de notaire, puis notaire, avant de décéder prématurément.

René Gilloire et le notariat

Pas d’information sur le parcours de René Gilloire avant ses 25 ans

Mariage de sa sœur

1904, le 5 septembre, à Loudun, mariage de sa sœur Denise Gilloire à Loudun âgée de 28 ans. Contrat de mariage chez Me CHAMPION, notaire à Loudun, 4 septembre 1904. Le marié est Auguste Marie PUCELLE, 34 ans, professeur au lycée d’Angers (Maine-et-Loire), fils d’un charpentier du Fuilet (Maine-et-Loire). Témoins Eugène Ernest VASSELIN, proviseur au lycée d’Angers, 47 ans ; Julien GENJOT, adjudant en retraite, 43 ans, Angers ; René Auguste Eugène GILLOIRE, 25 ans, clerc de notaire, Angers, frère de l’épouse ; et Charles Auguste Louis CHAMPION, notaire, 41 ans, Loudun.

Arrêtons-nous un peu sur ce mariage. On a encore une configuration où le notaire qui enregistre le contrat de mariage est aussi un des témoins. Comme au mariage d’Eugénie Marteau et Auguste Gilloire, à Loudun, en 1875. Je suppose que cela dénote une proximité au-delà de la relation notaire à client. En l’espèce, on peut supposer que le père de la mariée est le principal clerc du notaire Champion, à Loudun. Juste une supposition.

L’autre question, c’est : pourquoi Denise Gilloire, Loudanaise, épouse un professeur d’Angers ? Angers – Loudun 80 km. La réponse vraisemblable, c’est que son petit frère unique, René Gilloire, réside à Angers, où il est clerc de notaire. Que donc, c’est lui qui fait le lien avec Auguste Pucelle, le professeur d’Angers. Ensuite, rien n’indique comment René Gilloire le clerc de notaire et Auguste Pucelle le professeur ont fait connaissance, à Angers. Là, mobilisons la mémoire familiale, un peu confuse : il y a un flou sur la raison pour laquelle René Gilloire était à Angers, service militaire ou apprentissage du notariat ? L’acte de mariage confirme la seconde hypothèse, sans pour autant invalider la première. Dans la mémoire familiale encore, il y a une histoire d’amour partagé de la musique, peut-être dans le cadre du régiment. On note la présence d’un adjudant en retraite dans les témoins. Un rapport avec l’armée ?

Continuons le parcours de René Gilloire, clerc de notaire en Angers en 1904.

Son mariage (à René Gilloire)

1908, le 1er septembre, mariage de René Gilloire à Chartes avec Marie Madeleine LAIGNEAU. René Gilloire est notaire à la Ferté-Bernard (Sarthe). Son père, Auguste Théodore Gilloire, est principal clerc de notaire à Loudun et sa mère « sans profession ». Les parents de la mariée sont rentiers (=retraités je pense). Contrat de mariage chez Me BAULANT, notaire à Chartres, 31 aout 1908. Les témoins sont Auguste Marie PUCELLE, 38 ans, professeur, Angers (Maine-et-Loire), 35 rue St Léonard, beau-frère de l’époux ; Jacques François LAIGNEAU, 80 ans, propriétaire, Ecrosnes (Eure-et-Loire), aïeul paternel de l’épouse ; Prosper Auguste GAUTRET, 36 ans, négociant, 13 place Marceau à Chartres ; Albert Joseph Louis PARMEAU, 36 ans, notaire, Beaumont-les-autels (Eure-et-Loire)

Ce mariage nous confirme que René Gilloire a bien accédé au notariat, et qu’il a exercé en Sarthe (72). Je n’ai pas trouvé la fourchette des dates auxquelles il a été actif en tant que notaire à la Ferté-Bernard. Un seul notaire dans les quatre témoins, Me Parmeau, et cette fois-ci le notaire qui établi le contrat de mariage ne fait pas partie des témoins.

1911, le 7 février René Gilloire décède à Angers, âgé de 32 ans. Déclarants : son beau-frère, Auguste PUCELLE, professeur au Lycée, 40 ans, résidant 35 rue St Léonard à Angers ; Edouard BEDUNEAU, ancien principal clerc de notaire, 35 ans, résidant 24 bis rue Paul Bert à Angers. René Gilloire était domicilié 37 rue St Léonard (donc voisin de sa sœur et de son beau-frère). Profession : ancien notaire.

Je ne connais pas les circonstances de ce décès. Ceci clôt cette série d’articles sur René Marteau et Renée Aminot, enfants de cultivateurs nés dans les Deux-Sèvres dans le premier quart du XIXè siècle, dont la fille épouse un clerc de notaire et le petit-fils devient notaire au début du XXè siècle.


En-tête : Image par Peter H de Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :