L comme Laporte, Pétronille

Je vous présente Pétronille Laporte. Elle serait née vers 1700. Elle se marie à Hondeghem avec Jean Ghys en 1722. C’est à ce titre qu’elle figure dans mon arbre, 8 générations au-dessus de moi.

Que sait-on de la vie de Pétronille Laporte

Pétronille Laporte serait née vers 1700, année calculée par son âge sur son acte de décès. Certains généalogistes indiquent Bavinchove comme lieu de naissance possible. Bavinchove est un village distant de 5 km de celui d’Hondeghem. Pour ma part, je chercherais aussi sur la ville de Bailleul, à une quinzaine de km d’Hondeghem.

Pétronille Laporte, avec Jean Ghys, aurait eu au moins 6 enfants nés à Bavinchove et à Hondeghem.

En 1741, ils vivent à Hondeghem. Nous avons une superbe source d’information sur la constitution de la maisonnée cette année-là : un recensement paroissial est inséré dans le registre des baptêmes, mariages, sépultures, accessible en ligne. Il est rédigé en latin.

Jean Ghys et Pétronille Laporte figurent donc sur ce recensement. Jean est dit « de Hondeghem », Pétronille est dite « Belliolana ». Belliolana signifie : de Bailleul (et oui, si vous retournez l’article H, vous verrez que Bailleul est aussi nommé « Belle »). D’où l’idée de chercher la naissance de Pétronille à Bailleul.

Pétronille Laporte et Jean Ghys vivent avec 5 enfants : Jean 11 ans, Isabelle 8 ans, Pétronille (« Petronella ») 4 ans, Jacques 3 ans, François 1 an. Mon ancêtre Pierre Joseph Ghys n’est pas encore né.

Ils ont 4 « domestici », des gens à leur service, sous réserve de contre sens.

  • Pierre de BOUDT, de Hondeghem
  • Joseph ??HOUT, de Bavinchove
  • Augustine CHýS, de Staples
  • Marie Françoise de HOUDT, de Saint Sylvestre Cappel

Dans la même maison (« in cadem doma ») : Jean LAPORTE de Blaringhem et Jeanne de VOS de Winnezeele.

Il s’agit très très vraisemblablement des parents de Pétronille Laporte. Plusieurs arbres en ligne apparemment bien sourcés (mais à vérifier quand même, hein) indiquent que Jean LAPORTE et Jeanne DEVOS sont décédés à Hondeghem, respectivement en 1742 et 1756.

Ce recensement de 1741 nous indique donc que la famille aurait une certaine aisance avec 4 domestiques, sauf contre-sens sur le terme et son interprétation ; et que ce sont eux qui ont récupéré les vieux parents.

Le recensement n’indique pas les professions. Celle de Jean Ghys est connu plus tard, 1757 : laboureur.

Le laboureur, à cette époque, désigne un paysan qui possède sa terre, ou bien qui possède au moins ses outils de travail. Un paysan plutôt aisé. Ce serait pas mal d’avoir quand même des sources qui détaillent qui sont ceux qu’on qualifie de laboureur en Flandre à cette date.

Pour la suite, les registres paroissiaux d’Hondeghem nous apprennent que Pétronille Laporte y est décédée en 1757, âgée de 57 ans et a été « enterrée en cette église devant le grand authel ».

Je crois savoir qu’un enterrement dans l’église est une marque de l’importance de la personne. Ou alors, qu’il faisait trop froid et qu’on n’a pas pu creuser la terre gelée du cimetière, mais là c’est un 25 octobre, il ne devait pas geler normalement.

Dans l’acte de décès de 1757, le mari de Pétronille Laporte est cité, « Jean Ghys laboureur de sa profession ». Il décède 3 ans plus tard à Hondeghem, lui aussi « enterré en cette église devant le grand authel ». La profession de laboureur figurait sur l’acte de sépulture, et a été rayée et remplacée par « rentier ».

Actes

Mariage Jean GHYS et Pétronille Françoise LAPORTE, 1722, Hondeghem

1722.M.GhysXLaporte.Hondeghem 5 Mi 035 R 033 511sur1306

L’acte raconte que l’an 1722 le 17 juin mariage de Jean Ghys fils de Jean et Pétronille Françoise La Porte fille de Jean. Témoins Jean Ghys et Jean La Porte, parents.

Je me rends compte que ma lecture est imprécise, je ne comprends pas tous les mots. Précisions bienvenues!

Mariage de Nicolas Laporte et Marie Françoise Ghys, 1716, Hondeghem

Je ne parle pas finalement de ce mariage dans l’article, mais je garde cet acte de mariage dans les sources. Nicolas Le Port = LAPORTE, est le frère de ma Pétronille LAPORTE (Pétronille Françoise Le Port)  tandis Marie Françoise GHYS est la soeur de Jean GHYS. On a donc un frère et une sœur (Laporte) qui épousent une sœur et un frère (Ghys). Je descend de ces deux couples.

1716.M-NicolasLeport et marie francoise ghys.Hondeghem5mi035R033 page 506 sur 1306

L’acte raconte que le 16 mai 1716, après proclamation des bans (je suppose), mariage de Nicolas Le Port et Marie Françoise Ghys. Témoins Jean Ghys, Nicolas de Vos.

Ici pareil, ma lecture est imprécise, je ne comprends pas tous les mots, j’espère que je ne prends pas un acte de fiançailles pour un acte de mariage et une Jeanne pour un Jean. Précisions bienvenues!

Recensement paroissial 1741, Hondeghem

1741.recensement des paroissiens-JeanGhysetPetronilleLaporte

Sépulture de Pétronille Laporte, Hondeghem, 1757

1757.D.PetronilleLaporte.hondeghem

Contenu de l’acte (on remarque qu’il est en français désormais, j’ai modernisé l’orthographe, précisions bienvenues si j’ai fait des erreurs)

25 octobre 1757, je soussigné vicaire de la paroisse d’Hondeghem, après avoir fait le convoi et chanté la vêpre et commendation et une messe, ai enterré en cette église devant le grand autel le corps de Pétronille La Porte, femme mariée avec Jean Ghys laboureur de sa profession, décédée hier âgée de 57 ans, administrée des sacrements ordinaires, dont on chantera pour le repos de son âme le premier service le 23 novembre. Ont été témoins Pierre et Jacques Albert Ghys le fils et neveu de la défunte qui ont signé.

Signatures: Pieter Ghys. Jean Ternynck, vicaire. (?) Ghys [cette dernière signature est élaborée, avec des dessins, c’est ce qu’on appelle une ruche]

Sépulture de Jean Ghys, 1760

1760.D.JeanBaptisteGHYS.Hondeghem

L’an de grace 1760, le 27 décembre, je soussigné curé de la paroisse d’Hondeghem, après avoir fait le convoi et chanté le premier service, ai enterré en cette église devant le grand autel le corps de Jean Ghys, veuf de Pétronille la porte, rentier [sous le mot « rentier », on lit: « laboureur »] de sa profession, décédé avant hier âgé de soixante ans administré des sacrements ordinaires. Ont été témoins Jean et Jacques Ghys, fils du defunt, qui ont signé.

Signatures : Joannes francois Ghys. Jacobus Ghys (et une autre)

J comme Jean Ghys et comme Jeanne Ternynck

Je vous présente Jean Ghys.

Il est né à Hondeghem en 1674 et s’y est marié avec Jeanne Ternynck en 1696.

Baptême de Jean Ghys, 31 janvier 1674

..

1674 Hondeghem Gys Jean naissance

Die XXXIa januarii 1674, ego infrascriptus baptizavi Joannem, filium Francisci Ghys et Jacobe Verladt conjugum, natum pridie mane suscptores Johannes Ghelthooft (?) et Jacoba Larde (?) – Ita est – Jacobus Maximilinus de Somere vice pastor in Hondeghem

Le 31 janvier 1674, je, soussigné, ai baptisé Jean fils de François Ghys et Jacqueline Verladt, né la veille le matin – les parrain et marraine furent : Jean Gehlthoot et Jacqueline Larde (?). C’est ainsi. Jacques-Maximilien de Somere vicaire d’Hondeghem

Transcription et traduction aimablement effectuées par le conservateur des archives du Nord, jointes à l’acte envoyé à mon grand-oncle en 2000.

Jeanne Ternynck

Elle serait née le 6 décembre 1674 à Hondeghem. Mais ce n’est pas sûr, je ne crois pas avoir jamais eu l’acte en réalité. Si vous l’avez, faites-moi signe!

Mariage de Jean Ghys et Jeanne Ternynck, Hondeghem, 1696

1696.M.Ghys X Ternynck

Voilà ce que je lis, en résumé : 1696, 21 janvier, mariage de Jean Ghys et Jeanne Ternynck, témoins Jacques Ghys et Françoise Ternynck.

Vous remarquez que l’image de l’acte est le scan d’une copie papier? C’est la reproduction d’une vue de microfilm que j’avais pu consulter vers 2000, dans le centre « Mormon » de Cergy. Une autre époque !

Enfants du couple et descendants

Du couple Jean Ghys et Jeanne Ternynck, on connaît pas mal d’enfants, huit ou neuf, il faudrait refaire le point avec les sources.
Deux d’entre eux sont mes ascendants directs par deux branches différentes : Jean-(Baptiste) Ghys et Marie Françoise Ghys.

Au moins un autre des enfants a des descendants jusqu’à nos jours. Il s’agit de Pierre Jacques Nicolas Ghys.

Il est dans l’ascendance de plusieurs personnes que j’ai rencontrées dans les années 2011 sur un forum de généalogie (Généachtimi). Chouette collaboration avec ces lointains cousins. S’ils passent par là, Colette, Brigitte, Fabienne, … et Pierre, cousin par ailleurs sauf erreur, et Christine, cousine moins lointaine… je les salue !

Décès

Il se dit que Jeanne Ternynck serait décédée en 1709 à Hazebrouck, vers 35 ans. Sauf que là encore, je n’ai pas l’acte donc je ne dis rien. Mise à jour : AD Nord, 5 Mi 035 R 015 vue 976/1204, 1er octobre 1709, sépulture de Jeanne Ternynck femme de Jean Ghys.

Jean Ghys est décédé en 1750. veuf en secondes noces de Françoise de PECKER. On en reparle à la lettre M.

H comme Hondeghem (59) vu par les cartes et mon expérience avec Old maps on line

Hondeghem, que je ne connais que par ouïe-dire, n’ayant pas encore eu l’occasion d’y passer. Berceau de ma branche maternelle. Village d’un petit millier d’habitants aujourd’hui, situé dans le département du Nord (59), entre Lille et Calais.

Voir : site de la communearticle wikipédia  (j’ai contribué à la partie historique) et l’ouvrage  incontournable de Jacques Messiant Hondeghem, portrait d’un village des Flandres. Edition commune d’Hondeghem, 2000, 175 pages. ISBN 2-908838-15-X

Situation aujourd’hui

Cette carte montre la situation de Hondeghem par rapport à Lille, Calais et également Dunkerque avec la frontière France / Belgique et les limites des communes et départements actuels. Sur cette carte figurent les quatre villes qui, je crois, ont une importance historique.

Khartis-HdF-Hondeghem Cassel Hazebrouck Saint-Omer Bailleul.2

Carte réalisée avec Khartis pour le fond de carte des communes des Hauts-de-France 2016 et la visualisation. Annotations personnelles : j’utilise toujours une copie d’écran collée dans Powerpoint pour ajouter les annotations, puis je sélectionne tous les éléments de la diapo > clic droit  > sauvegarde en tant qu’image. 

Carte de Cassini (1758)

Voici Hondeghem sur une carte de Cassini, avec les quatre villes importantes qui l’entourent.

Hondeghem Cassini-Rumsey montre les 4 villes autour

Carte du fond Rumsey, trouvée par Old maps on line. Définition meilleure que la carte de Cassini disponible sur Géoportail. On me conseille aussi les cartes disponibles sur Gallica qui sont de bonne définition. Echelle indicative: St-Omer – Bailleul 36 km, Cassel – Hazebrouck 10 km

En regardant de plus près le dessin des villes, on voit que de St Omer est une ville fortifiée. Bailleul, Cassel et Hazebrouck ont un contour qui évoque une limite – muraille, limite physique ? Cela correspondrait à une « ville fermée » – sans que je ne trouve de définition de ce qu’est une ville fermée. Légendes et abréviations trouvées sur les cartes de Cassini voir ici (EHESS) et là (Jean Henri)Hondeghem Cassini-Rumsey montre les villes fortifiées

En effectuant un zoom sur Hondeghem, on repère :

Hondeghem Cassini-Rumsey zoom sur Hondeghem

Wissche, ancienne seigneurie, nom parfois employé pour désigner Hondeghem.

Kienville ou Quienville sont aussi couramment utilisées pour désigner Hondeghem. On a là une équivalence de sens entre le flamand et le français (Hond pour Quien/Kien, Hem pour ville,- il faut que je vérifie dans le livre de J.Messiant cité au-dessus).

Je ne m’explique pas la formulation « Hondeghem en Quienville ». Je m’attendrais à « Hondeghem ou Quienville », ou « Hondeghem dit Quienville », qu’on trouve par ailleurs sur les cartes pour marquer deux noms de lieu équivalents. Sur l’extrait de carte, la maison isolée est nommée « Hooghuys ou Hte Mon ». Hte Mon est l’abréviation de Haute Maison. Haute maison se traduit par Hoog huis en néerlandais actuel. On a bien l’équivalence Hooghuys = Haute maison.

Et enfin la Briarde, également nom d’une seigneurie, où l’on repère un hameau (il me semble qu’en réalité, c’est plutôt une ferme), un moulin et un cabaret. Cela me remplit de joie, car je pense qu’au moins deux ou trois générations de mes ancêtres ont tenu ce cabaret, patronymes Verley puis Ghys.

Cartes anciennes et mon expérience avec Old maps on line

D’autres cartes du XVIIè et XVIIIe siècle nous renseignent sur des noms et des limites de territoires : Flandrae Pars (le pays de Flandre, je suppose), Ambacht, Flandre Teutonne, Bailliage de St Omer, Chatellenie de Cassel, Chatellenie de Bailleul … 

J’ai découvert tout récemment la recherche des cartes anciennes par le site Old maps on line https://www.oldmapsonline.org/. Ce site référence les ressources cartographiques mises en ligne par des institutions, universités en général. Il permet la recherche par lieu et par date. Les cartes sont visualisables en haute définition, avec le plus souvent des possibilités de zoom très fluide.

Les difficultés pratiques que je rencontre sont 

  1. Impossible d’exporter ou sauvegarder les résultats d’une recherche. D’où, grosses difficultés à identifier les cartes qui présentent un intérêt et les qualifier. Si je recherche Hondeghem, entre la plus anciennes et 1755 (qui est le plus petit intervalle qu’il est possible de sélectionner), j’ai de nombreux résultats – je ne peux même pas les compter en fait, mais c’est plus de 100. Pas de possibilité de filtre supplémentaire. Il me faut aller dans chaque carte une par une (rapide), repérer les méta données (auteur, date, université émettrice)
  2. Les conditions d’utilisation des cartes sont définies par les institutions émettrices. C’est tout à fait normal. Pour savoir si je peux reproduire les cartes ou extraits sur un blog de généalogie à but non lucratif*, je dois trouver ces conditions par moi-même. Normal, encore une fois, mais cela prend du temps au départ. Combiné au fait que je ne peux pas filtrer les résultats de recherche par émetteur (point 1), … cela empêche de faire des analyses rapides
    * but non lucratif mais néanmoins financé par la publicité car j’ai pour l’instant un hébergement wordpress gratuit.
  3. Présentation. Les cartes anciennes sont difficiles à lire. Je dois d’abord me familiariser avec la manière dont elles sont construites, leurs légendes (jamais explicitées j’ai l’impression!). Ensuite, je veux absolument trouver un moyen de les rendre lisibles facilement pour les lecteurs des articles. J’utilise des copies d’écran que je colle dans Powerpoint et j’ajoute des texte, flèches et couleurs. Pour l’instant cela me suffit, peut-être qu’un jour il me faudra des outils plus élaborés par exemple pour montrer des contours ou colorer des surfaces.

Retours d’expérience bienvenus

 

G comme GHYS

Ghys, le patronyme qui fait l’objet de ce #challenge AZ

Le prononcer

Comment le prononcer ? Pour moi, aucun doute car c’est le nom de mes grands-parents et de ma mère. Je les ai toujours entendu prononcer

  • g comme grenouille
  • i comme i
  • ssss à la fin

Je vois bien que les gens, souvent, galèrent à décider d’une prononciation : faut-il dire G comme grenouille ou comme genoux? Le S est-il muet ?

Le Nord, le Pas de Calais et puis Paris

D’après Géopatronyme (données INSEE), le patronyme Ghys aurait été attribué près de 1000 fois en France entre 1891 et 1990, soit une dizaine de naissances par an. V

Cette carte générée par Géopatronyme montre la répartition des naissances Ghys entre 1916 et 1940, en France. Le Nord, puis le Pas-de-Calais, sont largement prédominants : c’est là qu’on lieu les trois quart des naissances de Ghys, toutes périodes confondues.

G.carete geopatronyme

Le 3ème département avec le plus de naissances de Ghys, entre 1891 et 1965, c’est Paris. Ces données collent à mon histoire familiale : mon arrière-arrière-grand-père Edmond Ghys a quitté le Nord en 1871 pour s’établir à Paris. Ses frères et sœur sont restés dans le Nord, du moins à ma connaissance.

A partir des donné de Géopatronyme, j’ai calculé le nombre de naissances à Paris entre 1891 et 1965. Il y en a 55.

G.tableau

J’ai aussi compté les descendants de mon AAGP Edmond Ghys. 14 porteurs de patronyme.

J’ai donc le plaisir de de vous faire savoir que 25% des Ghys nés à Paris entre 1891 et 1965 sont des gens que je connais, que j’ai connus ou dont j’ai connu les enfants.

La Belgique

Le département du Nord est limitrophe de la Belgique, et les frontières n’ont pas toujours été les mêmes au fil des siècles.

Au niveau mondial, c’est le site Forebears (données hétéroclites) qui indique la concentration d’un patronyme donné dans tous les pays, pour l’année 2014.

En France, Forebears indique un millier de Ghys soit 1 personne sur 66 000)

En Belgique, ce sont environs 1500 Ghys, soit une personne sur 7000. – auxquels je serais tentée de rajouter 300 personnes de patronyme GHIJS, car je me suis laissée dire que y = ij, qui serait une lettre à part entière, en néerlandais (ou juste en flamand?).

Pour ma part, je n’ai pas identifié d’ascendant ou de collatéral côté Ghys qui me donne prétexte à consulter les archives de Belgique. J’attends l’occasion !

Post-scriptum

J’ai une demande, coté famille, de comprendre l’évolution de la prononciation du patronyme GHYS dans le temps, et particulièrement à Hondeghem, situé à la frontière linguistique français flamand. Il faudra y revenir. Si un lecteur a des éléments, je suis tout ouïe.

F comme François Ghys, mais quel François ?

Je vous présente François Ghys, marié à Hondeghem (59) le 14 juillet 1670 avec Jacqueline Verladt (Varlet). Il figure dans mon ascendance.

Pour trouver ses parents, ça se corse.

Naissance 1640-1650

Déjà si on le suppose âgé de 20 à 30 ans lorsqu’il se marie, ça lui donne raisonnablement (mais pas infailliblement) une date de naissance entre 1640 et 1650.

Les registres de Hondeghem

Pour se mettre à l’aise, signalons que les registres de baptême de Hondeghem 1622 – 1634 ont brûlé. Plus rien sur ces 12 ans.

En revanche, on a beaucoup beaucoup de choses dans ces deux registres en ligne sur les archives départementales du Nord :

  • BMS 1570 – 1736 (238 pages)
  • BM 1634 – 1753 (1306 pages)

B = baptême, M = mariage, S = sépulture. Je nomme improprement « page » ce qui est en fait une « vue » numérique (une page ou double page scannée)

Donc super cool d’avoir tant de matière MAIS c’est un vrai bazar là dedans, c’est comme s’il y avait plusieurs registres agrégés, c’est hétéroclite, il y a des retours en arrière, des sauts dans le temps, des dates indécises, c’est souvent compliqué à déchiffrer, certaines pages ont les bords rongés par le temps ou l’encre éclaircie jusqu’à devenir invisible.

Peu d’actes de sépulture, et tous les actes sont le plus souvent très minimalistes.

En outre, je n’ai toujours pas bien compris ce qu’il y a dans le registre de 238 pages par rapport à celui de 1306 page et dans l’autre pour les années qu’ils couvrent en commun, 1634 – 1736. Le 1306 pages ne couvre pas les sépultures d’après sa description, mais il n’y a pas que ça.

Bref, un travail d’indexage des registres serait nécessaire (par ex dates – types d’actes ou autre information – lisibilité), j’en ai fait un peu mais pas assez organisé pour être publié en l’état.

La guerre, la peste

Pour en rajouter, l’époque dans la région n’était pas trop à la joie. La guerre, la peste, voyez-vous. En 1638-39, sur 49 paroisses de la châtellenie de Cassel, 22 sont entièrement abandonnées par leurs habitants, “le pays était désert”. On en ignore la cause, guerre ou peste. La peste est endémique (c’est-à-dire qu’elle apparaît et ré-apparaît de ça, de là) dès 1625, se calme, réapparaît à Bailleul en 1646 et dans la région de Cassel en 1647 (voir sources)

François Ghys, donc

Bref, revenons à François Ghys marié en 1670 à Hondeghem et probablement né entre 1640 et 1650.

Son père s’appelle Jacques, on le sait par l’acte de naissance d’un de ses enfants (baptême de Jacques Ghys, Hondeghem 22 mai 1672, parrain Jacques Ghys le grand-père paternel).

J’ai trouvé les baptêmes de deux François Ghys fils de Jacques

  • 1640, François fils de Jacques GHYS et Jossine VANESTLAND (Van Estlant, Vanestlande, Vanelslande, … déchiffrage incertain et orthographe variable de toute façon)
  • 1649, François fils de Jacques GHYS et Jeanne. Je sais par d’autres actes de naissance de ce couple que Jeanne = Jeanne RUCKEBUSCH

Un Jacques Ghys aurait eu avec une certaine Nicole VANESTLAND en 1637 un fils, Rémi, dont la marraine est Jossine VANESTLAND.

les-3-jacques-ghys-et-vanelstland-ruckebush-ce-que-je-sais.jpg

Hypothèses

Recherches latérales (notamment détection d’homonymies s’avère infructueuse), recoupements et hypothèses m’amènent à penser que :

  • Les deux François Ghys aurait le même père
  • La mère de 1640 s’appellerait plus vraisemblablement Nicole Vanestland et non pas Jossine (Jossine, ce serait la grand-mère).
  • Le François de 1640 a disparu jeune de la circulation.
  • C’est la François de 1649, fils de Jeanne Ruckebusch, qui est dans mon ascendance directeles-3-jacques-ghys-et-vanelstland-ruckebush-ce-que-je-pense.jpg

Je tiens le raisonnement à disposition.

Si vous passez par les registre de Hondeghem

Tout cela sous conditions d’infirmation ou de confirmation. Si vous trouvez les informations suivantes à Hondeghem, ne manquez pas de me prévenir.

Décès

  • Décès de Nicole VANESTLAND femme de Jacques GHYS, attendu après 1637
  • Décès Jossine VANESTLAND femme de Jacques GHYS, attendu après 1640 et avant 1643 ; mais peut-être peut-on trouver le décès d’une Jossine qui serait la mère de Nicole VANESTLAND. Ou sa sœur, après tout
  • Décès de François GHYS né en 1640, attendu enfant
  • Décès de Jacques GHYS, attendu n’importe quand après 1637 – et éventuellement décès de plusieurs Jacques GHYS

Mariages

  • Mariage de Jacques GHYS et Nicole VANESTLAND avant 1637
  • Mariage de Jacques GHYS et Jossine VANESTLAND entre 1637 et 1640, dans ce cas-là on s’attendrait à une mention de dispense canonique (consanguinité)
  • Mariage de Jacques GHYS avec Jeanne RUCKEBUSCHentre 1640 et 1643

Sources

Guerre, peste

Hondeghem, portrait d’un village des Flandres. Jacques Messiant. Edité par la Commune d’Hondeghem, 2000.

  • p 63, cite E.de Coussemarker, Réparation des Eglises dans le Flandre Maritime après les Troubles Religieux du XVIème siècle. ACFF, t. VXII, 1888).
  • p 64 sur la peste

Actes de Hondeghem (59)

Naissance de Jacques Ghys, 22 juin 1672
1672.N.JacquesGHYS de FrancoisGhysetJacquelineVARLETS.PNG

Le 22 Juin 1672, je soussigné ai baptisé Jacques GHYS, fils de François GHYS et de Jacqueline (Jacoba) VARLETS(?), né le 21 (…). Parrain et marraine Jacques GHYS son père à lui (ejus patrinus) et Marie VANDAELE

Déchiffrage et explication de « ejus patrinus » et des noms de famille par Pierre, sur forum Généachimi ici. Traduction résumée de moi (et je ne lis pas tout).

C’est grâce à cet acte que l’on peut affirmer que le François Ghys marié à Jacqueline Varlet (Verladt) est le fils d’un Jacques Ghys. L’acte de mariage ne donne pas cette information.

Naissance de François Ghys, 31 décembre 1649

ego infrascriptus baptizavi Francisc(um) ghÿs filium Jacobi et Joa(e) Conjugum legitimo thoro iunctor(um)* susceptores fuere Franciscus Ghys senior ex Hondeghem et petro- nellae (BONLIER, BOULIER?) ex Hondeghem pariter** ita est ut supra J.Cabaret pastor

Transcription de Marie, sur forum Généachtimi

Naissance de François Ghys, 2 avril 1640

anno 1640 die 3a aprilis infrascriptus baptizavit Francicum Ghys filium Jacobi et Judocae Van elslant conjugum , natum 2a eiusdem. susceptores fuerunt Franciscus Ghys et Maria uxor Gaspardi Varlet

le 3 avril 1640 , le soussigné a baptisé François Ghys fils des époux Jacques et Jossine Vanelslant, né le 2 du même mois ; le parrain et la marraine furent François Ghys et Marie épouse de Gaspard varlet.

Transcription et traduction de Christian, sur forum Généachtimi

E comme Écritures à déchiffrer

Voilà des écritures.

ghys AZ2019 images exemples decriture.jpg

Déchiffrer les actes qui retracent la vie des gens d’avant, parfois c’est compliqué. Cela dépend de la période, de la personne qui écrit, et aussi de l’état des registres, et puis il faut comprendre la langue utilisée.

Comment j’ai appris à déchiffrer?

Il y a très longtemps (avant internet), j’ai emprunté des cours d’une copine qui apprenait la paléographie à l’école (coucou à la copine !)

Ensuite, j’ai fréquenté un forum d’entre-aide au déchiffrage où intervenaient des personnes qui savaient vraiment déchiffrer (en latin, aussi). Je m’entraînais dans mon coin en essayant de résoudre les demandes, puis je comparais avec ce que proposaient les personnes qui savaient vraiment déchiffrer.

J’ai appris assez pour arriver à repérer certains actes en parcourant des pages et des pages de registre, et à amorcer une transcription.

Après, je suis restée plusieurs années sans faire de généalogie alors j’ai oublié (et j’ai réappris, et j’ai ré-oublié, etc)

Pour déchiffrer sérieusement, il faut arriver à une vraie précision, c’est-à-dire cette capacité à lire ce qu’il y a vraiment écrit, par opposition à deviner en fonction du contexte OU de ce qu’on a envie de lire.

Une histoire de lecture imprécise

Illustration de ce qui arrive faute de précision de lecture.

Je vous présente Jeanne Ruckebush. C’est peut-être une de mes ascendantes, ou peut-être pas, on en parle à l’article F.

Je connais Jeanne Ruckebush car elle a eu plusieurs enfants à Hondeghem avec Jacques Ghys, son époux légitime, entre 1643 et 1649. André 20 mars 1643, Matthieu 2 février 1648, François 31 décembre 1649. Acte et transcriptions vers la page 8 de cette discussion (forum Geneachtimi)

Et c’est là que ça a foiré. Tous les relevés de généalogie donnaient Jeanne RUCKEBUSCH née le 7 février 1613. Toutes les personnes concernées avaient cette date dans leurs arbres. Quand les archives du Nord ont été mises en lignes, toute contente, je mets la main sur l’acte. Le voilà.

1613Hondeghem_1613_Feb_7_N_JoannaRuckebush
Hondeghem, 1613

Je le poste sur le forum, en quête d’aide pour transcription – parce que on va pas se mentir, c’est vraiment un acte où je lis ce que je veux.

Et là, les gens qui savent vraiment lire m’indiquent que non, il ne s’agit pas du baptême de Jeanne, mais de celui de Jean. Parce que le dernier mot, si on le lit, c’est Joannes, et Joannes c’est la forme masculine.

1613
7 febr(uarii)
Baptiz proles Jo(ann)is Ruckebusch et
Anna coniug susc(eptor) Matt(eus) coucke
(fi)lius barbizani* et susc(eptrix) Magdalena
Ruckebusch nomen prolis Joannes

le 7 février 1613 a été baptisé l’enfant des époux Jean RUCKEBUSCH et Anna. Parrain Matteus COUCKE fils de Barbizanus, et marraine Magdalena RUCKEBUSCH. Le nom de l’enfant Jean.

Transcription et traduction : Marie (merci)

Conclusion

Déjà, si vous avez dans votre arbre Jeanne Ruckebush (Ruckebusch), Hondeghem, présumée née en 1613 à Hondeghem, mettez un point d’interrogation. Je ne sais pas quand elle est née mais pas le 7 février 1613.

Retenir aussi qu’en cas de bizarrerie généalogique, on peut penser à des erreurs de déchiffrage entre prénoms féminin/masculin. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à Diane Tourville, article Le mystère de la date de naissance de Louise Tourville (en passant, j’adore son blog) – et sans me vanter, grâce à Jeanne Ruckebush, j’avais compris le mystère avant d’arriver à la fin de son billet!

D comme Dates

Voici les dates. Les quelques dates clefs concernant mes Ghys de Hondeghem (59)

Timeline générale.2

1589: le plus vieil acte, à Honghem, baptême de François GHYS fils de Rémi. On en a parlé dans cet article (B comme baptizavi)

1640: naît un François Ghys. 9 ans après naît un autre François Ghys. Ils ont le même père (presque sûr) mais pas la même mère. Lequel des deux est mon ancêtre ? Réponse à la lettre F.

1696: mariage Jean Ghys et Jeanne Ternynck. De leurs enfants descendent plusieurs de mes contemporains généalogistes. Pour ma part, je descends de deux de leurs enfants.

1797: on a piqué la chemise de Pierre Verley. Je vous expliquerai à la lettre O

1842 mariage Louis GHYS et Julie DEBERT. Des enfants, grâce à qui j’ai des cousins généalogistes ou non.

1871. Edmond GHYS, fils des précédents, quitte Hondeghem et s’établit à Paris. C’est le grand-père de mon grand-père. On en parle à la lettre V

1914 Mariage de Paul GHYS, fils de précédent, et de Julie BOROSKY à Paris. Ce sont les parents de mon grand-père

C comme Carte

Voici les cartes.

C’est important de travailler avec des cartes quand on s’intéresse à des gens d’avant. Situer leur paroisse ou commune par rapport aux villes, aux lieux de pouvoir, par rapport aux frontières, aux voies de communication… et ces cartes évoluent au fil du temps, bien sûr.

Voilà où se situe Hondeghem, aujourd’hui

Je n’ai réalisé sa proximité avec la frontière belge que le jour où je me suis décidée à faire cette carte, après plusieurs années de généalogie !

C.carte.1.png

Voici une carte des langues sous Louis XIV

Je suis allée chercher cette carte pour comprendre pourquoi les registres paroissiaux sont écrits en latin (B comme Baptizavi), pour tenter de comprendre si mes ancêtres parlaient le flamand, ou s’ils parlaient le français.

C.carte.2

Voici le cadastre Napoléonien de 1827

Il montre le cabaret de la Bréarde, … avec le moulin par où est passé le voleur de la chemise de Pierre Verlay. Je vous raconterai à l’article O.

C.carte.3 cadastre

AD Nord, Cadastre Napoléonien, Hondeghem, secteur D (en ligne)

Ressources

Pour visualiser et surtout présenter des cartes, plans… j’utilise

  • Google Maps, par flemme, parce que c’est si simple. Vue plan ou vue satellite, et Google street view. Permet de créer des cartes avec des repères personnalisés
  • Geoportal, avec ses différents fonds de carte dont Cassini et les cartes d’Etat major du XIXeme. Également les plans IGN que je trouve simples et élégants. Permet de superposer les cartes et jouer sur la transparence. Par contre je galère totalement pour les personnaliser par ex placer plusieurs repères
  • Le cadastre napoléonien sur les sites des archives départementales, quand elles l’ont numérisé. Parfois pas facile de s’y retrouver
  • L’outil Khartis mais je n’ai pas trouvé comment importer les fonds de carte de geoportail par exemple.
  • L’outil de capture d’écran de Windows et Powerpoint, toujours, pour les présenter

Il me manque des cartes historiques qui montrent les réseaux de transport, notamment les phases de développement du chemin de fer. Si vous avez ça…

Je sais que d’autres ressources et savoir-faire existent et sont partagés régulièrement par la blogosphère généalogie. Je m’en vais de ce pas les retrouver, je mettrai les liens en commentaire. Et bienvenue à d’autres idées de ressources !

B comme Baptizavi

Ego infrascriptus baptizavi Franciscum (je soussigné ai baptisé François)

J’ai du apprendre à lire le latin des registres paroissiaux.

En généalogie, c’est dans les registres paroissiaux qu’on fait connaissance avec les gens d’avant (ceux d’avant la Révolution), le plus souvent. On retrouve leur acte de baptême, mariage, sépulture.

Et les registres paroissiaux de Hondeghem, 59, là d’où viennent mes Ghys les plus anciens, sont en latin. Et ce jusqu’à très tard, le basculement en français a lieu au début du 18ème siècle, peut-être aux alentours de 1737.

Dans d’autres régions, le passage au français a lieu plutôt au 16ème siècle. Pourquoi cette différence? Cela reste à creuser, ce qu’il me semble : la région n’était pas sous juridiction du roi de France, ou pas toujours ; et même quand elle l’était, c’est bien possible qu’ils n’en aient eu rien à faire.

Repérer Baptiz… et ses variantes quand parcourt les registres, cela permet de voir tout de suite qu’on a affaire à une naissance, et cela donne un repère pour localiser le nom du baptisé dans le gribouillis.

Lexique des variantes

Déjà, le s et le z on l’air interchangeables
Avertissement : je ne suis pas latiniste

  • Baptisatus, baptisata ou baptizatus, baptizata : a été baptisé, a été baptisée
  • baptiz : même chose que baptizatus mais quand on a la flemme de finir le mot. On transcrit : baptiz(atus)
  • Baptis prolis : fut baptisé l’enfant de …(prolis, comme progéniture)
  • Ego infrascriptus baptizavi : je soussigné, ai baptisé
  • Infrascriptus baptizavit : le soussigné à baptisé

Hondeghem 1589 – Baptiz(atus) proles

Voici l’acte de baptême du plus ancien GHYS de Hondeghem que je présume être de ma branche (il y a des incertitudes)
Baptême de François GHYS, le 16 novembre 1589, fils de Rémi (Remigi) GHYS et de Jacqueline (Jacoba). Hondeghem.

Avertissement : vous n’y comprenez rien? Moi non plus.

1589_francoisfilsderemighys

Source BMS Hondeghem AD 59

16 baptiz(atus) proles Remigii
Ghys et Jacobae suscep(tor)
Franciscus Ghirault ?
et suscep(trix) Jacoba Rycke ?
nomen prolis Franciscus

Le 16 a été baptisé la progéniture de Rémi Ghys et de Jacqueline ; parrain François Ghirault ? et marraine Jacqueline Rycke? ; nom de la progéniture : François.

Transcription et traduction : Christian V sur le forum Geneachtimi (MERCI)

A comme Arbre

Voici l’arbre. Mes grands-parents maternels sont nés à Paris. Quand j’ai débuté la généalogie, j’ai attaqué le patronyme de ma mère qui avait déjà été déblayé par mon grand-oncle : GHYS.

Pour ce challenge A à Z, je m’appuie sur les recherches effectuées sur cette branche. Cela commence à Hondeghem, dans le Nord, aux environs de 1570. Voici l’arbre de mes Ghys de Hondeghem, donc. Histoires de familles, et histoires de recherches suivent, à bientôt !

A Arbre.3

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer