R pour Romain Ghys, mort en traversant la Seine à la nage

Le Siècle, 27 août 1868

Le nommé Charles-Romain Ghys, caporal au 1er bataillon du 51e de ligne, originaire de Hondeghem (Nord) et âgé de vingt-deux ans, avait quitté, vers six heures du soir, le fort de Charenton où il était caserné pour aller se baigner dans la Seine à l’endroit dit l’île Saint-Pierre. Un marinier, le sieur Decobecque, le vit traverser la rivière à la nage, et à son retour disparaitre au milieu du courant. Aussitôt il se porta à son secours, mais ses efforts pour le sauver restèrent infructueux, et ce ne faut qu’au bout de deux heures qu’il put repêcher le corps du jeune militaire.

1868.LeSiecle.Deces de Romain Ghys

Charles-Romain Ghys est le frère de mon arrière-arrière-grand-père Edmond Ghys. Il est né à Hondeghem le 28 octobre 1846 chez Louis Désiré GHYS et Julie DEBERT, Romain, Charles, Louis.

Acte de décès

Son décès est déclaré à Maison-Alfort (94) le 29 octobre 1868.

Les informations portées sur l’acte de décès sont en cohérence avec l’article du journal.

On y apprend qu’il est décédé la veille à sept heures du soir, qu’il était en garnison à Maison-Alfort, caporal au 51ème régiment de ligne, célibataire, né à Hondeghem, et domicilié à Hondeghem avant son entrée en service.

Les déclarants sont deux habitants de Maison-Alfort, un garde-champêtre et un employé.

Le décès a été transcrit à l’état civil d’Hondeghem le 31 décembre 1868.

Grâce à l’article du Siècle retrouvé par Retronews, nous connaissons donc les causes de son décès : noyé en traversant la Seine à la nage. C’est d’ailleurs le seul article trouvé par Retronews à ce jour si on recherche les termes Ghys Hondeghem.

Mémoire

A son décès, Romain Ghys a encore ses deux parents et 7 de ses frères et sœurs, âgés de 16 et 25 ans. Lui a en fait 21 ans (et non 22 comme le dit l’article du Siècle).

Je n’avais jamais entendu parler de cet arrière-arrière-grand-oncle disparu une centaine d’années avant ma naissance.

Actes

1846.RomainCharlesLouis-chezDesireEtJulie
AD du Nord. 1846, naissance de Romain, Charles, Louis GHYS
1868.MaisonAlfort84.D Romain Charles Louis GHYS
AD du Val-de-Marne. BMS

le 21 aout 1868 à une heure du soir, acte de décès constaté suivant la Loi de Romain Charles Louis GHYS, caporal au cinquante-unième régiment de Ligne, âgé de 22 ans, décédé la veille à sept heures du soir en cette commune où il était en garnison; célibataire né à Hondeghem (Nord) où il était domicilé avant son entrée en service, fils des époux Louis Désiré GHYS et Julie DEBERDT.

Sur la déclaration faite à nous François Augustin BOURGUIGNON adjoint au maire, remplissant par déléguation les fonctions d’Officier de l’état civil, par les sieurs Alphonse GASSE garde champêtre âgé de 40 ans et Jean Baptiste PONTLEVé employé âgé de 57 ans, tous deux domiciliés à Maison, qui ont signé le présent acte avec nous, après lecture.

U pour Sylvie Ghys, religieuse Ursuline

Voilà Sylvie Ghys (1851-1928), mon arrière-arrière-grande-tante. Les archives de ma famille ont conservé des documents la concernant, notamment des photographies, et des lettres.

Sylvie GHYS religeuse ursuline a Gravelines 59.20191002_185749
Sylvie Ghys, religieuse Ursuline, Gravelines (59). Archives familiales

Elle naît à Hondeghem en 1851. C’est la seule fille d’une fratrie de 10 enfants dont 8 ont atteint l’âge adulte. Elle est déclarée sous les prénoms de Marie, Servie, Sophie.

Elle fait profession au monastère de Gravelines en 1876, à 25 ans donc, sous le nom de Marie de l’Immaculée Conception. Gravelines se situe entre Calais et Dunkerque, à une petite cinquantaine de kilomètres d’Hondeghem. Les Ursulines sont un ordre religieux qui se consacre notamment à l’éducation des filles.

30 ans passent. Le contexte général : 2ème expulsion des congrégations Article Wikipedia

La presse d’époque permet de reconstituer ce qui s’est passé à Gravelines précisément.

1906, le 12 septembre, le journal l’Univers rapporte que « le sursis que les pétitions nombreuses avaient demandé » pour les religieuse a été refusé, et qu’on s’attend à leur départ.

En septembre 1907, le matin du 26, les Ursulines de Gravelines sont expulsées. La presse relate les faits : gendarmes, militaires sont mobilisés pour l’opération. Après sommation, ils font forcer les portes et barricades à coup de hache et de pince. Les 45 religieuses sont retranchées dans leurs cellules.

Je sais ensuite par des pièces de familles que la communauté s’installe dans le couvent des Ursulines de Greenwich, en Angleterre. A 56 ans, Sylvie Ghys change de pays.

Elle reste en Angleterre jusqu’à sa mort. Le reste de la communauté serait rentrée en France en 1921-23 (je ne suis pas sûre du 1921, problème de déchiffrage) mais celle qui est désormais nommé Mère de l’Immaculée Conception reste à Greenwich.

Elle y décède le 23 décembre 1928, dans sa 78ème année et 53ème année de vie religieuse.

Sources

Cet article s’appuie sur des sources d’Etat civil, de presse d’époque et familiales

1851 naissance de Marie, Servie, Sophie Ghys à Hondeghem (59 )

1851.N.MarieServieSophie-chezDesireEtJulie
AD Nord, Hondeghem, naissance de « Sylvie » GHYS 1851

L’an 1851 le 17 septembre à 6 heures du soir par devant nous Louis Walekessain(?) maire et officier de l’état civil de la commune de Hondeghem, canton d’Hazebrouck (Nord), arrondissement d’Hazebrouck, département du Nord

a comparu Louis Désiré GHYS âgé de 35 ans, cabaretier brasseur domicilié en cette commune

lequel nous a présenté un enfant du sexe féminin né hier à 10 heures du soir, de lui déclarant, en sa demeure sise en cette commune, et de Julie DEBERT, âgée de 30 ans, cabaretière, son épouse

auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de Marie Servie Sophie

les dites déclaration et présentation faites en présence de Ive Léo DEBERT âgé de 64 ans, rentier, domicilié à Borre, grand-père maternel de l’enfant, et de Benoit DALONGEVILLE, âgé de 33 ans, boulanger domicilié en cette commune

Lesquels, ainsi que le père de l’enfant, ont signé avec nous le présent acte de naissance le tout après que la lecture leur en a été faite

1906-1907 traitement par la presse d’époque de l’expulsion des Ursulines de Gravelines

Il m’a semblé intéressant de regarder quel fut le traitement de l’événement de la presse d’époque. A ma demande, mon ami J.Munoz (merci!) a initié une analyse qui met en évidence trois types de traitements par la presse nationale :

A. Relation factuelle (La Justice, Le Signal, La République Française, Le Petit Parisien, L’indépendant Rémois, le XIXè Siècle, La Croix…)

B. Position assumée relatant les faits sous l’angle de la persécution religieuse (L’Echo de Paris, La Gazette de France, Le Soleil, Le Siècle…)

C. Anticléricalisme polémique : La lanterne

Exemple d’une relation considérée comme factuelle : l’article du Le Petit Parisien, 27 septembre 1907

Expulsion des Ursulines de Gravelines
(de notre correspondant particulier)
Dunkerque, 26 septembre

L’expulsion des Ursulines de Gravelines a été très mouvementée.

Une compagnie du 110e et plusieurs brigades de gendarmerie à pied et à cheval du Nord et du Pas-de-Calais ont barré les rues avoisinantes dès la première heure.

M. Brisac, sous-préfet, revenu de congé pour diriger lui-même les opérations, le commissaire de police de Gravelines et le capitaine de gendarmerie Vernet accompagnaient le liquidateur.

A six heures, les sommations légales sont faites et, comme personne ne répond à l’intérieur, la porte principale est attaquée à coup de haches et de pinces par trois ouvriers dunkerquois venus en voiture pendant la nuit sous la protection de la gendarmerie.

La foule, maintenue difficilement sur la place de l’Eglise et sur les remparts voisins, manifeste bruyamment. La porte a été solidement barricadée à l’intérieur et c’est avec bien du mal que les ouvriers parviennent à la défoncer. Il faut ensuite démolir une sérieuse barricade qui vient s’appuyer sur une grille intérieure. Ces travaux de défense ont été faits pendant la nuit.

Après la grande porte, ce sont les portes intérieures qu’il faut démolir, puis celles des cellules, où sont enfermées, par groupe de cinq ou six, des religieuses et des dames de la ville venues pour les assister. M. Brisac les exhorte à sortir.

Après avoir visité l’immeuble avec le liquidateur, le sous-préfet se rend à l’infirmerie, où se trouvent une dizaine de religieuses, dont l’une est, dit le docteur Belbecque, atteinte d’une maladie de cœur qui la rend intransportable. La supérieure voudrait l’emmener sur un brancard, mais le sous-préfet s’y oppose et offre, après avec pris l’avis de M. Bone, de la laisser avec deux autres religieuses dans une des pièces du rez-de-chaussée.

Les autorités se rendent ensuite à la chapelle, où officie le chapelain. La porte, également barricadée, est enfoncée. Le prêtre sort alors avec ses amis et quitte le couvent, avec les religieuses et leurs compagnes.

Dans la rue, les manifestants tentent de forcer les barrages et une bousculade se produit.

Après une messe célébrée à l’église les religieuses, au nombre de 45 , se rendent dans diverses maisons, où on leur a offert l’hospitalité .

1928 Faire part de décès de Sylvie Ghys

1928.Greenwich.faire part deces Sylvie Ghys Ursuline

The Ursulines of Greenwich recomment to your Charity the sould of their Bolved Sister Sylvie Ghys

in Religion Mère de l’Immaculée Conception who departed this life on 23 Décembre 1928 in the 78è Year of her age, and the 53è of her Religious Profession. R.I.P

1954 Courrier adressé par le couvent de Greenwich probablement à un de mes grands-oncles

Ursuline Convent
Crooms Hill
Greenwich S.E.10

7.3.54

Monsieur

Votre lettre du 23 février nous est parvenue et la Mère Prieure m’a prié d’y répondre.

Melle Ghys a fait profession au monastère de Gravelines le 18 février 1876 sous le nom de Marie de l’Immaculée Concepton.

Elle a quitté lors de l’expulsion en Septembre 1907 et avec le reste de la Communauté est venue s’installer dans la maison de Greenwich.

Pendant plusieurs années elle a rempli l’office d’économe. Quand la Communauté française est rentrée en France en 1921-23 Mère de l’Immaculée Conception ne les a pas suivies.

Elle est morte le 23 Déc 1928

J’espère que cest quelques détails vous seront utiles

Veuillez croire, Monsieur à nos sentiments religieux en NS

Pr la Prieure

M Clare(?)

P pour photos de hussards : César Ghys

Les recherches d’images sur internet, avec « Ghys » et « Hondeghem » dedans m’ont amenée au site http://www.hussards-photos.com/ Les Hussards au travers de photographies anciennes.

Sur ce site figure parmi d’autres une photographie de hussard, annotée au dos « César Ghys ». J’ai ensuite découvert la reproduction de la même photo dans nos archives familiales.

césar GHYS _ hussard

César GHYS. Archives familiales

César Ghys est né en 1845 à Hondeghem. Ses prénoms sont César Auguste, mais nous l’appelerons César. C’est un des grands frères de Sylvie Ghys, la religieuse.

Parcours militaire

Vers 1867. On sait, grâce au décryptage de la photo par hussards-photo.com, qu’il a fait partie du 3ème régiment de Hussards. La photo vient d’un atelier d’Avesnes (Avesnes-sur-Helpe) où des escadrons du 3ème Hussards ont stationné entre 1866 et 1868. On est sous le 2ème Empire (Napoléon III). César Ghys avait entre 21 et 22 ans.

Je n’en sais pas plus sur son parcours militaire.

Mariage

1876. On le retrouve à Millam pour son mariage, à 30 ans. Millam est un village situé à 25 km au nord d’Hondeghem. D’après ma connaissance empirique de la vie des gens de ce temps à Hondeghem, Millam ne fait pas partie des localités avec lesquelles les échanges de population sont courants.

Jusqu’à son mariage, César Ghys vit à Hondeghem, comme ses parents. Sa profession : « fils de brasseur ». Ses parents sont marchands-brasseurs. Un des témoins est son frère Léon Ghys, 32 ans, qui vit à Hondeghem et est aussi « fils de brasseur » de profession. L’autre témoin est un autre de ses frères, Jules Ghys, cabaretier – cultivateur à Borre (59).

La femme de César Ghys s’appelle Sidonie Stéphanie DESMIDT, 29 ans, « sans profession particulière », également fille de marchands brasseurs. Elle et ses parents vivent à Millam.
Témoins : ses deux frères, Fortuné Desmidt, 41 ans, cabaretier-brasseur domicilié à Millam ; Justin Desmidt, 39 ans, principal clerc de notaire, domicilié à Bourbourg.

Cesar-GHYS - sidonie_ghys_1_1_original

Sidonie DESMIDT. Archives familiales

Il y a un contrat de mariage passé devant Maitre SCHALLIER notaire à Bourbourg, en date du 8 juin 1876. Je n’ai pas ce contrat, il faudra aller le consulter aux Archives départementales du Nord : SCHALLIER Pierre Adolphe Bourbourg, années conservées 1856 cote 1894 2 E 51 / 14-90.

Bourbourg est à 12 km de Millam. Je n’ai pas pu vérifier si Justin Desmidt, domicilé à Bourbourg, principal clerc de notaire, travaille pour Maître Schallier, notaire à Bourbourg.

On note qu’un des frères de César Ghys, celui qui est né trois ans avant lui, se marie deux ans plus tard à Millam où il s’établit et a des enfants. Contrat à rechercher aux archives : Maître MOENOCLAEY notaire à Cassel. Mariage de Alfred Joseph GHYS et Lucie Aimée Marie COLLET, 16 juillet 1878, Millam.

Je pense qu’il y a à creuser pour comprendre la vie des brasseurs en Flandre dans la 2ème moitié du XIXè siècle : endogamie, modes de transmission, exercices de plusieurs métiers cultivateur, brasseur, cabaretiers.

Enfants

cesar ghys ligne de vie

e

erratum : le nom d’usage de l’enfant né en 1883 est Charles, pas Jules

1877. Leur premier enfant naît 9 mois plus tard, à Millam. César Ghys est maintenant brasseur de profession.

Le couple est domicilié « canton de la place section A », ce qui semble bizarre, mais en fait toutes les adresses des autres actes de Milliam comporte une référence de section et parfois la mention de canton.

Les déclarants sont les deux grands-pères, Louis Ghys et Vincent Desmidt. Georges Vincent Louis GHYS, Millam, 17 avril 1877, Millam.

1880. Le deuxième enfant naît 3 ans plus tard. César Ghys est toujours brasseur, même adresse.

Déclarants : le grand-père Louis Ghys, 60 ans, brasseur, Hondeghem et l’oncle Fortuné Desmidt, 45 ans, cabaretier, Millam. L’enfant décède à l’âge de 4 mois. Léon Charles Joseph Ghys acte de naissance du 12 mai 1880 (né le 10), décès 14 septembre 1880, Millam.

1882. Troisième enfant, c’est une fille, Marie Antoinette. César Ghys brasseur, sa femme ménagère, toujours même adresse.

Témoins Fortuné Desmidt (cabaretier, 47 ans) et Alphonse Desmidt (cabaretier, 38 ans) tous deux de Millam. Marie Antoinette atteindra l’âge adulte (mariage avec Norbert Nestor Raymond Rommel en 1900). Marie Antoinette GHYS, 27 mai 1882, Millam.

1883. Quatrième enfant, Jules Charles Vincent GHYS, acte du 20 novembre 1883, Millam. Situation des parents inchangée.

Déclarants Justin Desmidt, 46 ans, principal clerc de notaire, Bourboug. Léon Ghys, 39 ans, brasseur, Hondeghem.

Décès

1893. Décès de César Auguste Ghys à l’âge de 47 ans, brasseur, toujours domicilié à Millam. Déclarants : son frère Alfred Ghys, cultivateur, domicilié à Millam. et son neveu Arthur Desmidt, boulanger, domicilié à Millam (14 janvier 1893).

A son décès, César Ghys laisse donc une veuve et trois enfants âgés de 10, 11 et 16 ans. Sa veuve ne lui survit qu’un peu plus d’un an. Elle décède le 4 mars 1894 à Millam.

Devenir des enfants

Cesar GHYS qui peuvent être les tuteurs des enfants.jpg

Georges Vincent Louis

Le fils aîné décède le 29 décembre 1895, âgé de 18 ans, célibataire Le décès a lieu dans la maison de sa grand-mère veuve Ghys (Julie DEBERT) à Hondeghem alors qu’il est déjà orphelin de père et mère. Peut-être sa grand-mère était-elle sa tutrice, ou un de ses oncles de Hondeghem. Décès de Georges Vincent Louis GHYS, 29 décembre 1895, Hondeghem.

Nom d’usage: Georges, d’après des courriers consultés dans mes archives familiales

Marie Antoinette

Sa sœur Marie Antoinette Ghys a vraisemblablement eu pour tuteur au moins un de ses oncles maternel, celui qui est principal clerc de notaire. Justin DESMIDT. En 1900, il est rentier et vit à Rubrouck. Marie Antoinette Ghys est domiciliée de droit dans la commune de Rubrouck, et de fait dans celle de Volckerinckhove. C’est là où habite un autre de ses oncles maternels, Auguste DESMIDT cultivateur. Millam (sa commune de naissance), Rubrouck (domicile de droit) et Volckerinckhove (domicile de fait) sont dans un rayon de 5km

C’est donc à Volckerinckhove qu’elle elle se marie à 18 ans, avec l’autorisation du conseil de famille. Son mari a 23 ans et est courtier en grains. Un contrat de mariage est établi chez Maître PARESYS, notaire à Rubrouck. Les mariés signent Antoinette Ghys et Rommel Nestor. Mariage de Norbert Nestor Raymond ROMMEL et Marie Antoinette GHYS, 28 novembre 1900, Volckerinckhove (59). On les retrouve à Saint-Omer en 1906.

D’après les archives familiales, le couple aurait eu une fille, cinq fils et de nombreux petits enfants. Patronymes ROMMEL et de CLERCQ.

Nom d’usage: Antoinette, d’après des courriers consultés dans mes archives familiales

Jules Charles Vincent

Je ne sais pas qui ont été les tuteurs de Jules Charles Vincent Ghys après le décès de se parents. Sa fiche fiche militaire établie peut-être en 1899, ou en 1898, ou sinon en 1903, indique qu’il vit à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais (62). Aucune profession n’est indiquée. Service militaire entre 1904 et 1907. Certificat de bonne conduite. Blessure :

le 28 juin 1906 à 2h30 du soir étant à la voltige faisait du travail au galop. Perdit l’équilibre et tomba à terre; dans sa chute il se fractura l’avant bras doit.

En 1909, il a 26 ans. Il est marchand de grains, domicilié à Saint-Omer. Saint-Omer est à 20 km au nord de sa commune de naissance (Millam). A mi-chemin entre Saint-Omer et Millam, il y a une commune du nom de Saint-Momelin.

A 26 ans donc, il se marie à Saint-Momelin (59) avec la fille de cultivateurs de la commune. Contrat de mariage devant Maître Jules Georges Henri DEHAENE notaire à Léderzeele (c’est la commune de naissance de l’épouse).

Les témoins sont sa sœur Antoinette Ghys, cabaretière à Saint-Omer et son oncle Léon Ghys de Hondeghem. Mariage de Jules Charles Vincent GHYS et Ida Irma Eveline Gabrielle DUBREUCQ le 12 août 1909, Saint-Momelin.

Le couple a eu une descendance que je détaillerai un autre jour.

Nom d’usage: Charles, d’après des courriers consultés dans mes archives familiales

Sources

1845. Naissance de César Auguste GHYS, Hondeghem (59)

1845.N.CesarAuguste-chezDesireEtJulie

L’an 1845, le 10 juillet à 4 heures, par devant nous, Dominique DEGRAVE maire officier de l’état civil de la commune d’Hondeghem, canton d’Hazebrouck (Nord) arrondissement d’Hazebrouck, département du Nord

a comparu Louis GHYS âgé de 29 ans, brasseur, domicilié en cette commune, lequel nous a présenté un enfant de sexe masculin, né hier à cinq heures du soir, de lui déclarant en sa demeure, sise en cette commune et de Julie DEBERDT âgée de 32 ans, son épouse et auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de César Auguste.

Les dites déclarations et présentations faites en présence de césar ROUSSEL âgé de 33 ans, boulanger, oncle maternel de l’enfant domicilié à St Omer, et de Chrétien KUHN, âgé de 34 ans, cabaretier domicilié en cette commune, le père et les témoins ont signé avec nous le présent acte après qu’il leur en a été fait lecture

Analyse de hussards-photos

http://www.hussards-photos.com/France/France_CDV_3_Ghys.htm

Carte de Visite Atelier Camatte à Avesnes (Nord)
César Ghys, hussard au 3ème.
Entre 1866 et 1868, le 3ème Hussards est en garnison à Maubeuge, détachant un escadron à Landrecies et un autre à Avesnes (en fait Avesnes-sur-Helpe, à ne pas confondre avec les autres Avesnes, du Pas-de-Calais) :
Le 2e Escadron arrive à Avesnes le 11 Juin 1866. Après une permutation d’escadrons, c’est le 1er Escadron (Capitaine Aubin) qui quittera cette garnison le 17 Avril 1868.

Ce jeune hussard à la mine résolue en porte l’uniforme caractéristique, gris argentin (en fait bleu clair) à tresses blanches et parements garance. Cette photographie nous permet également d’admirer le talpack de fourrure, la sabretache ornée de l’aigle impériale et toute sa buffleterie blanche.
Cette photographie porte au dos la mention manuscrite « César Ghys ».
Il s’agit probablement de César Auguste Ghys, né le 9 Juillet 1845 à Hondeghem (59), brasseur et cultivateur.
Il épousera Sidonie Stéphanie Desmidt le 28 Juin 1876 à Millam (59), où il décèdera le 14 Janvier 1893.

1876. Mariage de César Auguste GHYS et Sidonie Stéphanie DESMIDT, Millam (59)

Transcriptions simplifiée

28 juin 1876 GHYS César Auguste, âgé de 30 ans 1/2, fils de Brasseur, né à Hondeghem … le 9 juillet 1845, ainsi qu’il appert dans son acte de naissance ici représenté, y domicilié, célibataire,

fils majeur et légitime de Louis GHYS et de Julie DEBERT, marchands-brasseurs domiciliés audit Hondeghem, ici présents et consentants d’une part

et Demoiselle DESMIDT Sidonie Stéphanie, née à Millam le 18 mars 1847, ainsi qu’il résulte des registres de l’Etat-Civil en notre possession, y domiciliée, célibataire

fille majeure et légitime de Vincent Arould DESMIDT et de Justine Claire DERUDDRE (?), marchants brasseurs domiciliés audit Millam, ici présents et consentants d’autre part

… [bans publiés à Millam et Hondeghem, pas d’opposition]

avons interpellé les futurs époux sur leur contrat de mariage, lesquels nous ont immédiatement remis un certificat à eux délivré par Maitre SCHALLIER notaire à Bourbourg et auquel il résulte qu’à la date du 8 juin 1876, M. GHYS César Auguste, fils de brasseur demeurant à Hondeghem et Mademoiselle DESMIDT Sidonie Stéphanie sans profession particulière demeurant à Millam ont passé devant lui un contrat qui règle les conditions civiles de leur mariage.

[consentement des époux]

Ainsi fait en présence de

GHYS Jules âgé de 33 ans, cabaretier cultivateur, domicilé à Borre, frère germain de l’époux

GHYS Léon, âgé de 32 ans, fils de brasseur, domicilé à Hondeghem, frère germain de l’époux

DESMIDT Fortuné âgé de 41 ans, cabaretier brasseur, domicilié à Millam

DESMIDT, Justin âgé de 39 ans, principal Clerc de notaire domiciliés à Bourbourg
ces deux derniers frères germains de l’épouse

[les mariés, les 4 parents, les 4 témoins ont signé]

1893 Décès de César Auguste Ghys, Millam

1893.Millam.D Cesar Auguste GHYS.1

1893.Millam.D Cesar Auguste GHYS.2

14 janvier 1893 à 3 heures du soir, en la mairie et pardevant nous Aimé DELGRANGE, Maire Officier de l’Etat-civil de la Commune de Millam, Canton de Bourbourg, arrondissement de Dunkerque, département du Nord,

ont comparu GHYS Alfred, cultivateur, âgé de 40 ans, frère du défunt et DESMIDT Arthur, boulanger, âgé de 28 ans, neveu du défunt, tous deux domiciliés à Millam

lesquels nous ont déclaré que ce jourd’hui à 11 heures et demie du matin GHYS César Auguste, brasseur, âgé de 47 ans et demi, né à Hondeghem, domicilié à Mi llam, fils de feu Louis et de vivante Julie DEBERT, époux de DESMIDT Sidonie Stéphanie, est décédé en sa demeure sise à la place de cette Commune, ainsi que nous nous en sommes assuré. Et ont les deux comparants signé avec nous le présent acte après lecture faite

Décès de Georges Vincent Louis GHYS, 29 décembre 1895, Hondeghem

1895.hondeghem.d-georges-vincent-louis-ghys-18-ans-fils-de-cesar-ghys.png

Mariage de Antoinette GHYS 28 novembre 1900, Volckerinckhove (59)

je n’ai pas (encore) transcrit

Mariage de Charles Ghys 12 août 1909, Saint-Momelin.

je n’ai pas (encore) transcrit

Non trouvés

tables de successions et absences – pas trouvé Ghys ni Ghys ou Desmidt (mal cherché? pas cherché au bon endroit?)

Lire la suite « P pour photos de hussards : César Ghys »

O comme On a volé la chemise de Pierre Verley

Le 25 Prairial an V, c’est-à-dire le 13 juin 1797, Pierre VERLEY, brasseur et cabaretier au lieu dit « la Bréarde » à Hondeghem, est victime d’un vol.

00.Table.2.20171130_151511
L.11.749 AD Nord. Début de l’inventaire des pièces de la procédure

Ce qui s’est passé, selon les témoins

Un homme de 30-40 ans s’arrête au cabaret de la Bréarde. Personne ne le connaît. Il boit une bière, ressort par la porte de derrière.

Là, la femme du meunier, qui habite à côté, et la fille de Pierre Verley donnent l’alerte.

L’homme aurait dérobé une chemise qui séchait sur la haie intérieure du jardin potager des Verley, jardin dont la porte ferme avec un loquet en bois. Leur habitation est sur le même terrain.

Pierre Verley accourt, met la main sur l’individu, qui se trouve avoir la chemise dans sa poche. Avec une paire de bas de fil qui n’appartient pas aux Verley.

Le garde-champêtre de Saint-Sylvestre-Cappel arrive (je n’ai pas encore compris comment il a été alerté).

hondeghem brearde StSyvCap merris.png

Ce qui s’est passé, du point de vue de l’accusé

L’accusé s’appelle Jean-Baptiste LERS, il a 36 ans, il est domestique de campagne (journalier) à Merris. Merris est à 13 km d’Hondeghem.

Il ne parle pas le français, mais le flamand. Pour les interrogatoires, il y a une personne qui fait office d’interprète (pas un interprète assermenté, à l’époque, un citoyen qui parle les 2 langues).

On sait aussi qu’il est borgne.

Il déclare qu’il allait (ou revenait?) porter le beurre de son maître au marché. Mais en chemin, il a bu (« pris de boisson« ).

Il ne se souvient pas être allé au cabaret de la Bréarde, et ne voit pas du tout de quoi on l’accuse. Si on a trouvé une chemise dans sa poche, c’est que quelqu’un l’y a mise. La paire de bas, il l’a achetée à quelqu’un, mais il ne sait pas dire à qui.

Moulin Breardre recto

Carte postale ancienne légendée « Moulin de la Briarde (sic) à Hondeghem ». Collection personnelle

Ce qu’on sait du procès

Dans le dossier, on a le procès verbal du garde champêtre, différents interrogatoires du suspect, et on comprend qu’il va en prison.

On a aussi la composition du jury, une lettre d’un des jurés qui est malade donc ne peut pas venir (certificat du médecin à l’appui), ce qui nécessite je crois un nouveau tirage au sort.

Je ne comprends pas si pendant ce temps l’accusé est toujours en prison ou pas. Mi-août 1797, l’affaire n’était pas finie.

Et je n’ai pas vu l’issue du jugement, je ne suis pas tout à fait sûre qu’elle est dans le dossier.

D’où viennent ces informations (partielles) ?

Aux archive du Nord à Lille, série L, qui correspond aux archives de la période révolutionnaires. Les cotes L 10302-13423 correspondent au supplément aux fonds administratifs et fonds judiciaires. Avant de me déplacer aux archives, j’avais repéré : 15 thermidor. J.-B. Lers, journalier demeurant à Merris. Hondeghem : vol de linge chez Pierre Verley.

Pierre Verley est bien rattaché à ma branche Ghys d’Hondeghem : les pièces du procès donnent le nom de sa femme (Thérèse Fockenberghe). Tous deux sont parents de Albertine Philippine Verley qui épouse mon ancêtre Jean François Ghys en 1813.

C’est peut-être cette Albertine Philippine, la fille de Pierre Verley qui a vu le voleur et donne l’alerte avec la femme du meunier. Ou une de ses sœurs : je lui en ai trouvé 6, dont 5 encore vivantes, à ma connaissance, en date de l’événement, et alors âgées de 15 à 27 ans.

On a pique la chemise Arbre VERLEY FOCKENBERGHE GHYS.jpg

Pour aller plus loin

Avec cet article, j’ai voulu raconter un bout de la vie des gens telle que je l’ai perçue par ces pièces du dossier de justice.

Le compte-rendu que je vous fait de ce procès est encore lacunaire. D’abord, je n’ai pas encore déchiffré la totalité du dossier, constitué d’une bonne centaines de vues prises en photo par mes soins.

Surtout, il faudrait comprendre ce procès dans l’organisation de la justice à l’époque : 1797, Directoire, lois du 16 et 24 août 1790 sur l’organisation judiciaire qui institue les juges de paix… C’est cela qui m’intéresse en fait, mettre en lien la vie des gens d’avant, qu’ils soient mes ancêtres ou pas, et leur contexte historique.

N comme révolutioN

Qui, de ma branche Ghys de Hondeghem, a vécu 1789 ?

Il y avait alors Pierre Joseph Ghys. C’est le fils de Jean (Baptiste) Ghys et Pétronille Laporte. Il est né en 1742 à Hondeghem.

C’est peut-être lui qui y déclare le décès de sa mère en 1757 (ou pas, il y aura un truc à éclaircir plus tard à ce propos)

ont été témoins Pierre et Jacques Albert GHYS, le [ou filleul?] et neveu de la défunte

1757.signature Pieter GHYS fils de Petronille Laporte

Pierre Joseph GHYS se marie à 28 ans, en 1770, à Saint-Sylvestre Cappel. Sa femme est originaire de Steenvoorde. Elle s’appelle Anne Thérèse Françoise VAN UXEM.

Steenvoorde se situe à 10 km de Hondeghem et Saint-Sylvestre Cappel à mi-chemin entre les deux.

Le couple semble s’établir à Steenvoorde. C’est dans cette paroisse que naît mon ancêtre Jean-François GHYS en 1778 (acte dans les sources). Son père est dénommé Pierre GHYS et sa mère Thérèse VAN UXEM. Dans la suite de l’article, j’utiliserai donc leurs supposés prénoms d’usage.

D’après l’arbre de Janine Loocke sur Généanet, c’est en tout 6 enfants qui ont vu le jour à Steenvoorde entre 1771 et 1784.

Naissances du couple Pierre GHYS et Thérèse VAN UXEM à Steenvoorde : (actes non consultés)

  • Pierre Louis GHYS 23 mars 1771
  • Marie Anne Thérèse GHYS 26 juillet 1772
  • Isabelle Constance GHYS 26 janvier 1775
  • Jean Jacques GHYS 2 mai 1776
  • Jean François GHYS 27 avril 1778 (mon ancêtre)
  • Louis Joseph GHYS 8 décembre 1784

Je ne connais pas la profession de Pierre GHYS ces années-là. Je suppose qu’il est cultivateur car c’est la profession qui figure sur son acte de décès, bien plus tard.

Toujours est-il qu’en 1789, il avait 47 ans. Parmi les signataires du cahier de doléance de Steenvoorde figure un Pieter GHYS qui apparemment sait signer. N’ayant accès qu’à la transcription du cahier de doléances, je ne peux pas comparer les signatures.

Bref, je ne sais rien sur comment cet ancêtre a vécu la Révolution. Son fils Jean François, mon ancêtre, avait 11 ans en 1789.

Quant à Thérèse Van Uxem, j’ai encore moins d’espoir de comprendre qui elle était, ce qu’elle faisait et ce qu’elle pensait en 1789, mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer… au contraire ! Une prochaine fois

Epilogue

Pierre GHYS finit ses jours à Saint-Sylvestre-Cappel, en 1805.

Je retrouve son fils Jean François (celui qui avait 11 ans en 1789) le jour de son mariage quelque peu tardif (35 ans). Il est alors cultivateur à Hondeghem et épouse la fille d’un brasseur d’Hondeghem… et devient à son tour brasseur à Hondeghem.

Sources

Mariage de Pierre Ghys et Thérèse Van Uxem à Saint- Sylvestre- Cappel le 29 mai 1770

1770-M-GhysXVanUxem-StSylvVappel-1

1770-M-GhysXVanUxem-StSylvVappel-2

Naissance de Jean François GHYS à Steenvoorde, acte du 27 avril 1778

1778.steenvoorde.n-jean-francois-ghys-chez-pierre-joseph-et-van-uxem.png

Cahier de doléances de Steenvoorde

Cahiers de doléances de la 2e Vierschaere dite de Steenvoorde, Châtellenie de Cassel
Source : Annales de la Société Dunkerquoise 1906
Texte retranscrit par Jean-Marie Muyls
Généalogie et Histoire du Dunkerquois / G.H.Dk.

https://www.ghdk-flandre.fr/photos_cahiers/Steenvoorde_Cahiers-de-dol%c3%a9ances-de-la-2e-Vierschaere-de-Steenvoorde_Jean-Marie-Muyls.pdf

Décès de Pierre Ghys en 1805 à Saint-Sylvestre-Cappel

1805.D-Pierre Joseph Ghys-StSylvCappel

M comme Marguillier

Un dénommé Jean Ghys veuf en secondes noces de Françoise de Pecker décède à Hondeghem en 1750.

Un solide faisceau d’indices établit qu’il s’agirait de Jean Ghys, né à Hondeghem en 1674 et marié à Jeanne Ternynck en 1698. On en a parlé au J.

Les indices : lieu, âge au décès (77 ans), prénom des enfants, indication d’un 1er veuvage (mais sans indication du nom de la première épouse, ce serait trop facile sinon)

Zoom sur l’acte de sépulture :

1750.D.JeanGhysveufx2.zoom

Jean Ghys, homme veuf de la seconde fois de Françoise de Pecker, rentier # # de sa profession

Les deux signes # sont placés en interligne, sous « rentier » et entre « rentier » et « de sa profession ». Il signifient l’ajout de mots

Mots ajoutés en interligne et barrés :

Et magister de l’église

Mots ajoutés en interligne et pas barrés

Et marguillier

Qu’est-ce qu’un marguillier ?

J’ai voulu en savoir plus sur la fonction de marguillier. Il s’agit d’une personne qui gère les biens matériels de la paroisse.

Je me réfère à l’article Les marguilliers des églises du Nord de la France aux XVIIe et XVIIIe, par Philippe Moulis, paru dans le bulletin Historique du Haut-Pays N°80 – 2014. Article disponible sur Researchgate.

L’article concerne les marguilliers de la région de Boulogne, dans le Nord, donc pas exactement Hondeghem mais pas loin quand même. Il s’intéresse aux XVIIe et XVIIIe siècles, c’est la bonne période.

Voilà ce que j’en retiens :

La fonction de marguillier est élective, pour une durée limitée (de l’ordre de 2 ans), nécessite de savoir lire et compter.

Elle nécessite en outre d’être solvable, car le marguillier engage ses bien propres sans pour autant être rémunéré. Si le marguillier décède, sa veuve doit reprendre la charge.
Il y a eu des crises de volontariat pour cette fonction à certains moments.
En milieu rural, les marguilliers étaient souvent des laboureurs ou des fermiers.

Pour approfondir, il faudrait faire une recherche documentaire poussée sur tout ce qui a pu être écrit sur les marguilliers de la région de Cassel.

Si vous trouvez ses informations sur Françoise de Pecker, mariée à Jean Jean Ghys qui vivait à Hondeghem 59, décédée avant 1750, je prends

Sources

Acte de décès de Jean Ghys

1750.D.JeanGhysveufx2

L’an de grace 1750 le 24 mars je soussigné curé de la paroisse d’Hondeghem après avoir fait le convoi, ai enterré au cimetière le corps de Jean Ghys, homme veuf de la seconde fois de Françoise de Pecker, rentier de sa profession ##, agé de 77 ans, décédé hier administré des sacrements ordinaires, dont on chantera le premier service pour le repos de son âme le 14 avril.

Ont été témoins Jean et François Ghys, fils du défunt, qui ont signé avec moi en double jour et an que dessus
Signatures: François Ghÿs, et celle du curé

##et marguillier. Raturé: magister de l’église

Transcription de moi, orthographe et syntaxe modernisées

Note : il n’y a pas la signature de Jean Ghys

Sur les marguilliers

Les marguilliers des églises du Nord de la France aux XVIIe et XVIIIe, par Philippe Moulis, Bulletin Historique du Haut-Pays N°80 – 2014.

L comme Laporte, Pétronille

Je vous présente Pétronille Laporte. Elle serait née vers 1700. Elle se marie à Hondeghem avec Jean Ghys en 1722. C’est à ce titre qu’elle figure dans mon arbre, 8 générations au-dessus de moi.

Que sait-on de la vie de Pétronille Laporte

Pétronille Laporte serait née vers 1700, année calculée par son âge sur son acte de décès. Certains généalogistes indiquent Bavinchove comme lieu de naissance possible. Bavinchove est un village distant de 5 km de celui d’Hondeghem. Pour ma part, je chercherais aussi sur la ville de Bailleul, à une quinzaine de km d’Hondeghem.

Pétronille Laporte, avec Jean Ghys, aurait eu au moins 6 enfants nés à Bavinchove et à Hondeghem.

En 1741, ils vivent à Hondeghem. Nous avons une superbe source d’information sur la constitution de la maisonnée cette année-là : un recensement paroissial est inséré dans le registre des baptêmes, mariages, sépultures, accessible en ligne. Il est rédigé en latin.

Jean Ghys et Pétronille Laporte figurent donc sur ce recensement. Jean est dit « de Hondeghem », Pétronille est dite « Belliolana ». Belliolana signifie : de Bailleul (et oui, si vous retournez l’article H, vous verrez que Bailleul est aussi nommé « Belle »). D’où l’idée de chercher la naissance de Pétronille à Bailleul.

Pétronille Laporte et Jean Ghys vivent avec 5 enfants : Jean 11 ans, Isabelle 8 ans, Pétronille (« Petronella ») 4 ans, Jacques 3 ans, François 1 an. Mon ancêtre Pierre Joseph Ghys n’est pas encore né.

Ils ont 4 « domestici », des gens à leur service, sous réserve de contre sens.

  • Pierre de BOUDT, de Hondeghem
  • Joseph ??HOUT, de Bavinchove
  • Augustine CHýS, de Staples
  • Marie Françoise de HOUDT, de Saint Sylvestre Cappel

Dans la même maison (« in cadem doma ») : Jean LAPORTE de Blaringhem et Jeanne de VOS de Winnezeele.

Il s’agit très très vraisemblablement des parents de Pétronille Laporte. Plusieurs arbres en ligne apparemment bien sourcés (mais à vérifier quand même, hein) indiquent que Jean LAPORTE et Jeanne DEVOS sont décédés à Hondeghem, respectivement en 1742 et 1756.

Ce recensement de 1741 nous indique donc que la famille aurait une certaine aisance avec 4 domestiques, sauf contre-sens sur le terme et son interprétation ; et que ce sont eux qui ont récupéré les vieux parents.

Le recensement n’indique pas les professions. Celle de Jean Ghys est connu plus tard, 1757 : laboureur.

Le laboureur, à cette époque, désigne un paysan qui possède sa terre, ou bien qui possède au moins ses outils de travail. Un paysan plutôt aisé. Ce serait pas mal d’avoir quand même des sources qui détaillent qui sont ceux qu’on qualifie de laboureur en Flandre à cette date.

Pour la suite, les registres paroissiaux d’Hondeghem nous apprennent que Pétronille Laporte y est décédée en 1757, âgée de 57 ans et a été « enterrée en cette église devant le grand authel ».

Je crois savoir qu’un enterrement dans l’église est une marque de l’importance de la personne. Ou alors, qu’il faisait trop froid et qu’on n’a pas pu creuser la terre gelée du cimetière, mais là c’est un 25 octobre, il ne devait pas geler normalement.

Dans l’acte de décès de 1757, le mari de Pétronille Laporte est cité, « Jean Ghys laboureur de sa profession ». Il décède 3 ans plus tard à Hondeghem, lui aussi « enterré en cette église devant le grand authel ». La profession de laboureur figurait sur l’acte de sépulture, et a été rayée et remplacée par « rentier ».

Actes

Mariage Jean GHYS et Pétronille Françoise LAPORTE, 1722, Hondeghem

1722.M.GhysXLaporte.Hondeghem 5 Mi 035 R 033 511sur1306

L’acte raconte que l’an 1722 le 17 juin mariage de Jean Ghys fils de Jean et Pétronille Françoise La Porte fille de Jean. Témoins Jean Ghys et Jean La Porte, parents.

Je me rends compte que ma lecture est imprécise, je ne comprends pas tous les mots. Précisions bienvenues!

Mariage de Nicolas Laporte et Marie Françoise Ghys, 1716, Hondeghem

Je ne parle pas finalement de ce mariage dans l’article, mais je garde cet acte de mariage dans les sources. Nicolas Le Port = LAPORTE, est le frère de ma Pétronille LAPORTE (Pétronille Françoise Le Port)  tandis Marie Françoise GHYS est la soeur de Jean GHYS. On a donc un frère et une sœur (Laporte) qui épousent une sœur et un frère (Ghys). Je descend de ces deux couples.

1716.M-NicolasLeport et marie francoise ghys.Hondeghem5mi035R033 page 506 sur 1306

L’acte raconte que le 16 mai 1716, après proclamation des bans (je suppose), mariage de Nicolas Le Port et Marie Françoise Ghys. Témoins Jean Ghys, Nicolas de Vos.

Ici pareil, ma lecture est imprécise, je ne comprends pas tous les mots, j’espère que je ne prends pas un acte de fiançailles pour un acte de mariage et une Jeanne pour un Jean. Précisions bienvenues!

Recensement paroissial 1741, Hondeghem

1741.recensement des paroissiens-JeanGhysetPetronilleLaporte

Sépulture de Pétronille Laporte, Hondeghem, 1757

1757.D.PetronilleLaporte.hondeghem

Contenu de l’acte (on remarque qu’il est en français désormais, j’ai modernisé l’orthographe, précisions bienvenues si j’ai fait des erreurs)

25 octobre 1757, je soussigné vicaire de la paroisse d’Hondeghem, après avoir fait le convoi et chanté la vêpre et commendation et une messe, ai enterré en cette église devant le grand autel le corps de Pétronille La Porte, femme mariée avec Jean Ghys laboureur de sa profession, décédée hier âgée de 57 ans, administrée des sacrements ordinaires, dont on chantera pour le repos de son âme le premier service le 23 novembre. Ont été témoins Pierre et Jacques Albert Ghys le fils et neveu de la défunte qui ont signé.

Signatures: Pieter Ghys. Jean Ternynck, vicaire. (?) Ghys [cette dernière signature est élaborée, avec des dessins, c’est ce qu’on appelle une ruche]

Sépulture de Jean Ghys, 1760

1760.D.JeanBaptisteGHYS.Hondeghem

L’an de grace 1760, le 27 décembre, je soussigné curé de la paroisse d’Hondeghem, après avoir fait le convoi et chanté le premier service, ai enterré en cette église devant le grand autel le corps de Jean Ghys, veuf de Pétronille la porte, rentier [sous le mot « rentier », on lit: « laboureur »] de sa profession, décédé avant hier âgé de soixante ans administré des sacrements ordinaires. Ont été témoins Jean et Jacques Ghys, fils du defunt, qui ont signé.

Signatures : Joannes francois Ghys. Jacobus Ghys (et une autre)

J comme Jean Ghys et comme Jeanne Ternynck

Je vous présente Jean Ghys.

Il est né à Hondeghem en 1674 et s’y est marié avec Jeanne Ternynck en 1696.

Baptême de Jean Ghys, 31 janvier 1674

..

1674 Hondeghem Gys Jean naissance

Die XXXIa januarii 1674, ego infrascriptus baptizavi Joannem, filium Francisci Ghys et Jacobe Verladt conjugum, natum pridie mane suscptores Johannes Ghelthooft (?) et Jacoba Larde (?) – Ita est – Jacobus Maximilinus de Somere vice pastor in Hondeghem

Le 31 janvier 1674, je, soussigné, ai baptisé Jean fils de François Ghys et Jacqueline Verladt, né la veille le matin – les parrain et marraine furent : Jean Gehlthoot et Jacqueline Larde (?). C’est ainsi. Jacques-Maximilien de Somere vicaire d’Hondeghem

Transcription et traduction aimablement effectuées par le conservateur des archives du Nord, jointes à l’acte envoyé à mon grand-oncle en 2000.

Jeanne Ternynck

Elle serait née le 6 décembre 1674 à Hondeghem. Mais ce n’est pas sûr, je ne crois pas avoir jamais eu l’acte en réalité. Si vous l’avez, faites-moi signe!

Mariage de Jean Ghys et Jeanne Ternynck, Hondeghem, 1696

1696.M.Ghys X Ternynck

Voilà ce que je lis, en résumé : 1696, 21 janvier, mariage de Jean Ghys et Jeanne Ternynck, témoins Jacques Ghys et Françoise Ternynck.

Vous remarquez que l’image de l’acte est le scan d’une copie papier? C’est la reproduction d’une vue de microfilm que j’avais pu consulter vers 2000, dans le centre « Mormon » de Cergy. Une autre époque !

Enfants du couple et descendants

Du couple Jean Ghys et Jeanne Ternynck, on connaît pas mal d’enfants, huit ou neuf, il faudrait refaire le point avec les sources.
Deux d’entre eux sont mes ascendants directs par deux branches différentes : Jean-(Baptiste) Ghys et Marie Françoise Ghys.

Au moins un autre des enfants a des descendants jusqu’à nos jours. Il s’agit de Pierre Jacques Nicolas Ghys.

Il est dans l’ascendance de plusieurs personnes que j’ai rencontrées dans les années 2011 sur un forum de généalogie (Généachtimi). Chouette collaboration avec ces lointains cousins. S’ils passent par là, Colette, Brigitte, Fabienne, … et Pierre, cousin par ailleurs sauf erreur, et Christine, cousine moins lointaine… je les salue !

Décès

Il se dit que Jeanne Ternynck serait décédée en 1709 à Hazebrouck, vers 35 ans. Sauf que là encore, je n’ai pas l’acte donc je ne dis rien. Mise à jour : AD Nord, 5 Mi 035 R 015 vue 976/1204, 1er octobre 1709, sépulture de Jeanne Ternynck femme de Jean Ghys.

Jean Ghys est décédé en 1750. veuf en secondes noces de Françoise de PECKER. On en reparle à la lettre M.

H comme Hondeghem (59) vu par les cartes et mon expérience avec Old maps on line

Hondeghem, que je ne connais que par ouïe-dire, n’ayant pas encore eu l’occasion d’y passer. Berceau de ma branche maternelle. Village d’un petit millier d’habitants aujourd’hui, situé dans le département du Nord (59), entre Lille et Calais.

Voir : site de la communearticle wikipédia  (j’ai contribué à la partie historique) et l’ouvrage  incontournable de Jacques Messiant Hondeghem, portrait d’un village des Flandres. Edition commune d’Hondeghem, 2000, 175 pages. ISBN 2-908838-15-X

Situation aujourd’hui

Cette carte montre la situation de Hondeghem par rapport à Lille, Calais et également Dunkerque avec la frontière France / Belgique et les limites des communes et départements actuels. Sur cette carte figurent les quatre villes qui, je crois, ont une importance historique.

Khartis-HdF-Hondeghem Cassel Hazebrouck Saint-Omer Bailleul.2

Carte réalisée avec Khartis pour le fond de carte des communes des Hauts-de-France 2016 et la visualisation. Annotations personnelles : j’utilise toujours une copie d’écran collée dans Powerpoint pour ajouter les annotations, puis je sélectionne tous les éléments de la diapo > clic droit  > sauvegarde en tant qu’image. 

Carte de Cassini (1758)

Voici Hondeghem sur une carte de Cassini, avec les quatre villes importantes qui l’entourent.

Hondeghem Cassini-Rumsey montre les 4 villes autour

Carte du fond Rumsey, trouvée par Old maps on line. Définition meilleure que la carte de Cassini disponible sur Géoportail. On me conseille aussi les cartes disponibles sur Gallica qui sont de bonne définition. Echelle indicative: St-Omer – Bailleul 36 km, Cassel – Hazebrouck 10 km

En regardant de plus près le dessin des villes, on voit que de St Omer est une ville fortifiée. Bailleul, Cassel et Hazebrouck ont un contour qui évoque une limite – muraille, limite physique ? Cela correspondrait à une « ville fermée » – sans que je ne trouve de définition de ce qu’est une ville fermée. Légendes et abréviations trouvées sur les cartes de Cassini voir ici (EHESS) et là (Jean Henri)Hondeghem Cassini-Rumsey montre les villes fortifiées

En effectuant un zoom sur Hondeghem, on repère :

Hondeghem Cassini-Rumsey zoom sur Hondeghem

Wissche, ancienne seigneurie, nom parfois employé pour désigner Hondeghem.

Kienville ou Quienville sont aussi couramment utilisées pour désigner Hondeghem. On a là une équivalence de sens entre le flamand et le français (Hond pour Quien/Kien, Hem pour ville,- il faut que je vérifie dans le livre de J.Messiant cité au-dessus).

Je ne m’explique pas la formulation « Hondeghem en Quienville ». Je m’attendrais à « Hondeghem ou Quienville », ou « Hondeghem dit Quienville », qu’on trouve par ailleurs sur les cartes pour marquer deux noms de lieu équivalents. Sur l’extrait de carte, la maison isolée est nommée « Hooghuys ou Hte Mon ». Hte Mon est l’abréviation de Haute Maison. Haute maison se traduit par Hoog huis en néerlandais actuel. On a bien l’équivalence Hooghuys = Haute maison.

Et enfin la Briarde, également nom d’une seigneurie, où l’on repère un hameau (il me semble qu’en réalité, c’est plutôt une ferme), un moulin et un cabaret. Cela me remplit de joie, car je pense qu’au moins deux ou trois générations de mes ancêtres ont tenu ce cabaret, patronymes Verley puis Ghys.

Cartes anciennes et mon expérience avec Old maps on line

D’autres cartes du XVIIè et XVIIIe siècle nous renseignent sur des noms et des limites de territoires : Flandrae Pars (le pays de Flandre, je suppose), Ambacht, Flandre Teutonne, Bailliage de St Omer, Chatellenie de Cassel, Chatellenie de Bailleul … 

J’ai découvert tout récemment la recherche des cartes anciennes par le site Old maps on line https://www.oldmapsonline.org/. Ce site référence les ressources cartographiques mises en ligne par des institutions, universités en général. Il permet la recherche par lieu et par date. Les cartes sont visualisables en haute définition, avec le plus souvent des possibilités de zoom très fluide.

Les difficultés pratiques que je rencontre sont 

  1. Impossible d’exporter ou sauvegarder les résultats d’une recherche. D’où, grosses difficultés à identifier les cartes qui présentent un intérêt et les qualifier. Si je recherche Hondeghem, entre la plus anciennes et 1755 (qui est le plus petit intervalle qu’il est possible de sélectionner), j’ai de nombreux résultats – je ne peux même pas les compter en fait, mais c’est plus de 100. Pas de possibilité de filtre supplémentaire. Il me faut aller dans chaque carte une par une (rapide), repérer les méta données (auteur, date, université émettrice)
  2. Les conditions d’utilisation des cartes sont définies par les institutions émettrices. C’est tout à fait normal. Pour savoir si je peux reproduire les cartes ou extraits sur un blog de généalogie à but non lucratif*, je dois trouver ces conditions par moi-même. Normal, encore une fois, mais cela prend du temps au départ. Combiné au fait que je ne peux pas filtrer les résultats de recherche par émetteur (point 1), … cela empêche de faire des analyses rapides
    * but non lucratif mais néanmoins financé par la publicité car j’ai pour l’instant un hébergement wordpress gratuit.
  3. Présentation. Les cartes anciennes sont difficiles à lire. Je dois d’abord me familiariser avec la manière dont elles sont construites, leurs légendes (jamais explicitées j’ai l’impression!). Ensuite, je veux absolument trouver un moyen de les rendre lisibles facilement pour les lecteurs des articles. J’utilise des copies d’écran que je colle dans Powerpoint et j’ajoute des texte, flèches et couleurs. Pour l’instant cela me suffit, peut-être qu’un jour il me faudra des outils plus élaborés par exemple pour montrer des contours ou colorer des surfaces.

Retours d’expérience bienvenus

 

G comme GHYS

Ghys, le patronyme qui fait l’objet de ce #challenge AZ

Le prononcer

Comment le prononcer ? Pour moi, aucun doute car c’est le nom de mes grands-parents et de ma mère. Je les ai toujours entendu prononcer

  • g comme grenouille
  • i comme i
  • ssss à la fin

Je vois bien que les gens, souvent, galèrent à décider d’une prononciation : faut-il dire G comme grenouille ou comme genoux? Le S est-il muet ?

Le Nord, le Pas de Calais et puis Paris

D’après Géopatronyme (données INSEE), le patronyme Ghys aurait été attribué près de 1000 fois en France entre 1891 et 1990, soit une dizaine de naissances par an. V

Cette carte générée par Géopatronyme montre la répartition des naissances Ghys entre 1916 et 1940, en France. Le Nord, puis le Pas-de-Calais, sont largement prédominants : c’est là qu’on lieu les trois quart des naissances de Ghys, toutes périodes confondues.

G.carete geopatronyme

Le 3ème département avec le plus de naissances de Ghys, entre 1891 et 1965, c’est Paris. Ces données collent à mon histoire familiale : mon arrière-arrière-grand-père Edmond Ghys a quitté le Nord en 1871 pour s’établir à Paris. Ses frères et sœur sont restés dans le Nord, du moins à ma connaissance.

A partir des donné de Géopatronyme, j’ai calculé le nombre de naissances à Paris entre 1891 et 1965. Il y en a 55.

G.tableau

J’ai aussi compté les descendants de mon AAGP Edmond Ghys. 14 porteurs de patronyme.

J’ai donc le plaisir de de vous faire savoir que 25% des Ghys nés à Paris entre 1891 et 1965 sont des gens que je connais, que j’ai connus ou dont j’ai connu les enfants.

La Belgique

Le département du Nord est limitrophe de la Belgique, et les frontières n’ont pas toujours été les mêmes au fil des siècles.

Au niveau mondial, c’est le site Forebears (données hétéroclites) qui indique la concentration d’un patronyme donné dans tous les pays, pour l’année 2014.

En France, Forebears indique un millier de Ghys soit 1 personne sur 66 000)

En Belgique, ce sont environs 1500 Ghys, soit une personne sur 7000. – auxquels je serais tentée de rajouter 300 personnes de patronyme GHIJS, car je me suis laissée dire que y = ij, qui serait une lettre à part entière, en néerlandais (ou juste en flamand?).

Pour ma part, je n’ai pas identifié d’ascendant ou de collatéral côté Ghys qui me donne prétexte à consulter les archives de Belgique. J’attends l’occasion !

Post-scriptum

J’ai une demande, coté famille, de comprendre l’évolution de la prononciation du patronyme GHYS dans le temps, et particulièrement à Hondeghem, situé à la frontière linguistique français flamand. Il faudra y revenir. Si un lecteur a des éléments, je suis tout ouïe.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer